for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Coronavirus: Nette accélération des saisines de la médiation du crédit en France

Le recours à la médiation du crédit, qui aide les entreprises confrontées à des difficultés dans leurs relations avec les banques, s'est franchement accéléré en France en avril, alors que de nombreuses entreprises voient leur situation financière se dégrader sous l'effet du confinement instauré mi-mars. Selon les données publiées mardi par la Banque de France, le nombre de dossiers jugés éligibles entre le 6 et le 24 avril représente plus du double de celui enregistré sur l'ensemble de l'année 2019. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Le recours à la médiation du crédit, qui aide les entreprises confrontées à des difficultés dans leurs relations avec les banques, s’est franchement accéléré en France en avril, alors que de nombreuses entreprises voient leur situation financière se dégrader sous l’effet du confinement instauré mi-mars.

Selon les données publiées mardi par la Banque de France, le nombre de dossiers jugés éligibles entre le 6 et le 24 avril (2.520 pour la France métropolitaine) représente plus du double de celui enregistré sur l’ensemble de l’année 2019 (1.005).

“Les entreprises concernées sont très majoritairement des TPE (moins de 10 salariés) dont la situation est souvent dégradée et qui sont, de plus en plus fréquemment, confrontées à des refus de prêts garantis par l’Etat”, souligne la Banque de France dans une note.

“Les demandes émanent des secteurs frappés de plein fouet par le confinement: services, petit commerce de détail ou commerce de gros, restauration, hébergement, bâtiment”, est-il également précisé.

Alors que l’économie française est largement pénalisée par les répercussions de l’épidémie de nouveau coronavirus en cours, le gouvernement a mis en place une série de mesures destinée à soutenir les entreprises, dont des aides directes et des prêts garantis par l’Etat, ainsi que des reports d’échéances fiscales et sociales.

Les banques françaises se sont par ailleurs engagées à reporter jusqu’à six mois le remboursement de crédits des entreprises, sans frais.

Selon plusieurs sources au fait du dossier, la Commission européenne devrait proposer un assouplissement des règles comptables imposées aux banques européennes afin de permettre de libérer des capitaux pour faciliter les crédits aux entreprises confrontées aux retombées économiques de la pandémie de nouveau coronavirus.

Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up