for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Sur le campus d'Orléans, une distribution alimentaire pour les étudiants victimes du confinement

ORLÉANS, Loiret (Reuters) - L’université d’Orléans a procédé mercredi à la distribution de colis alimentaires au bénéfice des centaines d’étudiants restés confinés dans leur chambre et qui ont du mal à se nourrir.

“Avancez-vous en respectant les distances de sécurité”, lance un membre de l’UFR Sciences et Techniques, invitant les étudiants à entrer dans une salle du bâtiment des Sciences où se trouvent du lait, des pâtes, des gâteaux, des boîtes de maquereaux, mais aussi des produits d’hygiène collectés auprès d’un supermarché local.

Ils sont près d’une centaine à faire la queue.

“La première solution trouvée avait été de leur attribuer des bons d’achat dans l’un des supermarchés du centre-ville. Mais la distance entre le campus et le centre (une douzaine de kilomètres, ndlr) et le temps d’attente pour respecter les règles de distanciation sociale rendaient les choses compliquées”, déclare à Reuters Marielle Brame, présidente locale du syndicat étudiant UNEF.

Géraldine Roux, maître de conférence en biologie et bénévole à l’enregistrement des étudiants, voit également un intérêt à ces distributions de proximité.

“J’accompagne une étudiante comme tutrice. Avant le confinement, son père qui vit en Afrique lui envoyait de l’argent par voie postale, mais ça devient quasiment impossible depuis quelques semaines”, explique-t-elle.

“Du coup, elle navigue de Restos du Coeur en Banque alimentaire et ce mois-ci, elle ne pourra pas payer son loyer”, ajoute-t-elle, soulignant que les services du Centre régional des oeuvres universitaires et scolaires (CROUS) sont surchargés de demandes d’aide individuelle.

“Il y a un service social, mais qui fonctionne à 80% de sa capacité avec une surcharge évidente de travail”, détaille Jonathan Bruneau, vice-président du CROUS d’Orléans-Tours. “Les services ont, par exemple, reçu 1.500 mails en moins de 20 jours. Les agents font cependant un super travail malgré cette forte affluence.”

PAS DE JOBS ÉTUDIANTS

Les étudiants confinés sont “essentiellement des étudiants étrangers” venus du Maghreb, d’Afrique ou d’Asie et dans l’incapacité matérielle et légale de rejoindre leur pays d’origine, comme le précise Ary Bruant, président de l’université.

Mais d’autres se retrouvent aussi dans une situation de grande précarité. “Il faut ajouter à cela que de nombreux étudiants ont perdu le job qui leur permettait de s’alimenter et de payer leur loyer”, complète Alexis Boche, pour le syndicat FSU.

Parmi ces étudiants frappés par le confinement, il y a Fatokhoma, 28 ans, inscrit en Master de physique. Ce ressortissant sénégalais vit dans une chambre de 9 mètres carrés, sans salle de bain, ni cuisine, ni sanitaire individuels qu’il loue 173 euros par mois.

Quand il se présente mercredi, une heure à peine après le début de la distribution, il est trop tard. Tout est parti.

“Je vis principalement d’aides sociales et de bons d’achat”, explique-t-il à Reuters. “Comme je n’ai rien pu avoir aujourd’hui, l’administration a pris mes coordonnées et devrait me rappeler d’ici deux jours pour bénéficier d’un colis alimentaire”.

Au niveau national, le syndicat UNEF, qui a lancé une pétition pour l’exonération des loyers pour tous les étudiants précaires, soutient de nombreuses initiatives similaires.

“Nous tâchons de créer des liens entre les différentes structures pour assurer correctement ces nécessaires distributions alimentaires, et ce, au travers de nos sections locales”, confirme la direction nationale du syndicat.

L’université d’Orléans compte 19.500 étudiants. Parmi eux, 1.200 sont confinés.

Édité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up