for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Près de 18 millions de Français resteraient confinés après le 11 mai, dit Delfraissy

Le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy (photo) a estimé mercredi à 18 millions le nombre de personnes considérées comme "à risque" en France et qui devront rester confinées plus longtemps que le reste de la population, pour une durée encore indéterminée. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy a estimé mercredi à 18 millions le nombre de personnes considérées comme “à risque” en France et qui devront rester confinées plus longtemps que le reste de la population, pour une durée encore indéterminée.

Emmanuel Macron a annoncé lundi soir que le confinement obligatoire, instauré le 17 mars pour tenter de contenir l’épidémie de coronavirus dans le pays, serait prolongé jusqu’au 11 mai et a prévenu que les personnes les plus vulnérables seraient amenées à rester confinées par la suite, “tout au moins dans un premier temps”.

Ces personnes, qui sont les plus à risque de développer une forme grave de coronavirus, sont les “personnes d’un certain âge, au-dessus de 65 ou de 70 ans”, les personnes qui ont des affections de longue durée et des “sujets jeunes ayant une pathologie mais aussi obèses”, a précisé Jean-François Delfraissy lors d’une audition mercredi devant la commission des Lois au Sénat.

“Tout ça, ça fait 18 millions de personnes”, a-t-il souligné. Pour “ces 18 millions de personnes, ce n’est pas un scoop, on continuera le confinement. Pour combien de temps? Je ne sais pas, en attendant qu’on trouve peut-être un médicament préventif mais il faudra poursuivre le confinement parce qu’elles sont à risque de développer une forme grave”.

Quant à la date de début de déconfinement, fixée à l’heure actuelle au 11 mai, le président du conseil scientifique, qui conseille l’exécutif depuis le début de la crise, met en garde : “On ne peut pas sortir du déconfinement s’il n’y a pas un certain nombre de prérequis majeurs techniques et opérationnels”, comme les tests ou un système de traçage.

“Le reste c’est du vent”, a-t-il ajouté.

Marine Pennetier, édité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up