September 12, 2019 / 7:53 AM / 2 months ago

Au moins cinq réacteurs nucléaires menacés d'arrêt

Au moins cinq réacteurs nucléaires français sont menacés d'arrêt en raison de problèmes sur des soudures pour des générateurs de vapeur, un problème soulevé en début de semaine par EDF, rapporte jeudi Le Figaro, citant Bernard Doroszczuk, le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Au moins cinq réacteurs nucléaires français sont menacés d’arrêt en raison de problèmes sur des soudures pour des générateurs de vapeur, un problème soulevé en début de semaine par EDF, rapporte jeudi Le Figaro, citant Bernard Doroszczuk, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Un porte-parole d’EDF a dit mardi à Reuters que plusieurs des réacteurs du groupe étaient affectés par ce type de problème, ajoutant alors que le dossier avait été transmis à l’ASN.

Cette déclaration avait entraîné ce jour-là une chute de 6,77% du titre EDF qui, vers 13h30 prenait 0,47%, surperformant légèrement l’indice regroupant les “utilities” européennes (+0,32%). Depuis le début de l’année, l’action est cependant en repli de quelque 23% contre +14,9% pour l’indice sectoriel sur la période.

EDF a multiplié les problèmes techniques ces dernières années, écornant ainsi son image de leader de l’industrie nucléaire.

Dans un dossier séparé mais emblématique de ces problèmes, l’ASN a annoncé mercredi avoir placé sous surveillance renforcée la centrale nucléaire de Flamanville “à la suite des difficultés rencontrées sur ce site par EDF depuis mi-2018”.

Cité par le Figaro, Bernard Doroszczuk souligne qu’une “vingtaine de générateurs de vapeur sont potentiellement concernés, cela veut dire une petite partie du parc nucléaire français”.

“EDF a prévenu qu’il précisera dans une semaine environ le nombre d’équipements touchés (...) au minimum, cinq réacteurs nucléaires sont concernés par ce problème. Ce n’est donc pas terminé.”

Prié de réagir à ces propos, un porte-parole d’EDF a déclaré qu’il n’était pas prévu d’arrêter des réacteurs à ce stade, tout en ajoutant que la situation pouvait évoluer et que la décision en la matière reviendrait à l’ASN.

Bernard Doroszczuk ajoute que l’ASN prévoit de statuer dans moins d’un mois, évoquant la possibilité de “prendre des mesures conservatoires qui pourront aller jusqu’à l’arrêt des réacteurs si nécessaire”, poursuit Le Figaro.

Dominique Vidalon et Benoit Van Overstraeten, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below