September 7, 2019 / 9:29 AM / 2 months ago

La France pour des initiatives "complémentaires" dans le détroit d'Ormuz

Les initiatives américaine et européenne pour renforcer la sécurité dans le golfe arabo-persique ont vocation à être complémentaires et coordonnées, a déclaré samedi la ministre française des Armées, Florence Parly. /Photo prise le 7 septembre 2019/REUTERS/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Les initiatives américaine et européenne pour renforcer la sécurité dans le golfe arabo-persique ont vocation à être complémentaires et coordonnées, a déclaré samedi la ministre française des Armées, Florence Parly.

“Les Etats-unis ont pris une initiative il y a quelques semaines dans un contexte où la France souhaitait avant toute chose pouvoir contribuer à pouvoir faire baisser les tensions vis-à-vis de l’Iran”, a déclaré Florence Parly lors d’une conférence de presse avec son homologue américain, Mark Esper.

“Donc nous avons pensé qu’il était utile de prendre une initiative dans laquelle un certain nombre de partenaires qui probablement ne rejoindront pas l’initiative américaine de pouvoir néanmoins contribuer à la sécurisation maritime dans le golfe et nous souhaitons évidemment le faire de façon parfaitement coordonnée et en complémentarité et en transparence avec nos amis américains”, a-t-elle ajouté.

Les Etats-Unis ont officiellement demandé mardi à l’Allemagne de se joindre à la France et à la Grande-Bretagne dans une mission de protection maritime afin de garantir la sécurité de la navigation dans le détroit d’Ormuz, où l’Iran a arraisonné ce mois-ci un pétrolier britannique.

C’est par le détroit d’Ormuz que transitent jusqu’à 30% des exportations maritimes de pétrole, à l’extrémité des eaux du Golfe, entre l’Iran au nord, Oman et les Emirats arabes unis au sud.

Les tensions sont au plus haut entre Washington et Londres depuis que Donald Trump a retiré les Etats-Unis de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, rétablissant de lourdes sanctions économiques contre la République islamique, une politique de “pression maximale” appliquée dans l’espoir d’obliger l’Iran à renégocier, en vain pour l’instant.

A Paris, Mark Esper a déclaré qu’il n’était pas surpris de voir Téhéran s’éloigner des termes de l’accord.

Florence Parly a rappelé de son côté en outre “l’objectif” de la France “de ramener l’Iran au respect de l’accord de Vienne” de 2015.

Alimentant cette escalade rhétorique, Téhéran a annoncé ce samedi être en mesure de poursuivre plus en avant son désengagement de cet accord, disant pouvoir dépasser 20%d’enrichissement d’uranium.

Idrees Ali, avec Elizabeth Pineau, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below