September 6, 2019 / 9:00 AM / 2 months ago

France: L'Etat cherche le moyen de rapatrier les passagers d'Aigle Azur

L'Etat cherche une solution auprès du groupe Air France-KLM et d'autres compagnies aériennes pour rapatrier les "milliers" de clients d'Aigle Azur situés hors du territoire, avant l'annulation complète de ses vols. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

PARIS (Reuters) - L’Etat cherche une solution auprès du groupe Air France-KLM et d’autres compagnies aériennes pour rapatrier les “milliers” de clients d’Aigle Azur situés hors du territoire, avant l’annulation complète de ses vols, a déclaré vendredi le secrétaire d’Etat chargé des Transports.

La compagnie aérienne créée en 2001 pour offrir des liaisons à bas coûts entre la France et le Maghreb a été placée lundi en redressement judiciaire, à la suite de difficultés de trésorerie.

Elle devrait interrompre complètement ses vols samedi, sa situation financière ne lui permettant plus d’assurer les liaisons au-delà de vendredi soir, selon le ministère de la Transition écologique et solidaire.

“Nous discutons avec des compagnies aériennes françaises, avec le groupe Air France, pour mettre en place les solutions appropriées et qu’aucun passager, (...) aujourd’hui hors du territoire français, se trouve sans solution”, a déclaré sur RTL Jean-Baptiste Djebbari, nouvellement nommé secrétaire d’Etat chargé des Transports pour épauler la ministre Elisabeth Borne.

“Il y a un système d’entraide internationale dès lors qu’une compagnie est en cessation de vol qui fait que les compagnies aérienne peuvent affréter des vols”, a-t-il ajouté en précisant qu’une réunion se tiendrait à ce sujet dans la matinée.

Plusieurs milliers de personnes seraient aujourd’hui “bloquées” hors du territoire, selon Jean-Baptiste Djebbari.

Aigle Azur, qui emploie 1.200 salariés dont 700 en France, a rencontré des difficultés après une diversification de ses activités vers le long-courrier sur le marché brésilien et chinois il y a “deux, trois ans”, a expliqué le secrétaire d’Etat.

L’activité pourrait être reprise dans son intégralité ou bien scindée entre les longs et les moyens-courriers pour que le “maximum” d’emploi soit préservé.

Caroline Pailliez, édité par Jean-Michel Belot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below