September 2, 2019 / 8:33 AM / 3 months ago

Les opinions de Paris et Téhéran se rapprochent, dit l'Iran

Les points de vue de la France et de l'Iran sur le programme nucléaire de Téhéran se rapprochent, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement iranien. /Photo prise le 10 juillet 2019/REUTERS/Lisi Niesner

DUBAI (Reuters) - Les points de vue de la France et de l’Iran sur le programme nucléaire de Téhéran se rapprochent, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement iranien.

Selon Ali Rabiei, ces convergences doivent beaucoup à l’entretien téléphonique qu’ont eu samedi Emmanuel Macron et Hassan Rohani.

“Heureusement, les points de vue se sont rapprochés sur beaucoup de sujets et désormais, des discussions techniques ont lieu pour tenir les engagements des Européens”, a-t-il dit.

Le président français Emmanuel Macron a tenté, lors du sommet du G7 à Biarritz fin août, d’ouvrir la voie à une solution diplomatique pour sortir de la confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran, Donald Trump n’ayant pas fermé la porte à une rencontre avec son homologue iranien Hassan Rohani.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a toutefois promis lundi que la République islamique continuerait à s’affranchir petit à petit des engagements pris dans le cadre de l’accord international de 2015 sur son programme nucléaire si les signataires européens ne tiennent pas leur promesse de compensation des sanctions américaines.

“Cela n’a pas de sens de poursuivre les engagements unilatéraux de l’accord si nous ne bénéficions pas des avantages promis par les parties européennes”, a déclaré Mohammad Javad Zarif, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue russe à Moscou.

Un an jour pour jour après le retrait américain de l’accord de Vienne, l’Iran a entamé le 8 mai un processus de désengagement par étapes, tous les 60 jours, afin de pousser les signataires européens, décidés à sauver l’accord, à tenir leurs promesses de compensation des sanctions américaines.

La prochaine échéance a été fixée au 6 septembre et Téhéran menace de porter à 20% le processus d’enrichissement de son stock d’uranium ou de redémarrer des centrifugeuses arrêtées en vertu de l’accord de Vienne, également appelé Plan d’action global commun (PAGC).

“La troisième étape a été conçue et sera plus forte que les deux premières pour créer un équilibre entre les droits de l’Iran et les engagements pris dans le cadre du PAGC”, a averti lundi Abbas Mousavi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Rédaction de Dubai, Nicolas Delame et Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below