August 19, 2019 / 10:52 AM / 2 months ago

Le prince Andrew dément toute implication dans l'affaire Epstein

Le prince Andrew a rejeté toute implication dans les crimes sexuels dont était accusé le millionnaire américain Jeffrey Epstein, qui s'est suicidé le 10 août dernier en prison. /Photo prise le 21 mars 2019/REUTERS/David Mirzoeff

LONDRES (Reuters) - Le prince Andrew a rejeté toute implication dans les crimes sexuels dont était accusé le millionnaire américain Jeffrey Epstein, qui s’est suicidé le 10 août dernier en prison.

Dans un communiqué, le palais de Buckingham écrit que “le duc d’York a été consterné par les récentes informations sur les crimes allégués de Jeffrey Epstein”.

“Son Altesse royale condamne l’exploitation des êtres humains, et laisser entendre qu’il cautionnerait, participerait ou encouragerait un tel comportement est abominable”, poursuit le communiqué.

Plusieurs médias britanniques, dont le Daily Mail, ont publié une photographie d’Andrew saluant une femme prise, selon la légende, à l’intérieur d’une demeure qu’Epstein possédait à Manhattan. D’après le Daily Mail, la photo a prise en 2010, à une époque où Epstein avait déjà eu maille à partir avec la justice pour des crimes sexuels sur mineures.

Des documents de justice ont établi qu’Epstein entretenait des relations avec le prince Andrew et d’autres personnalités de premier plan, dont le président américain Donald Trump et l’ex-président Bill Clinton.

Arrêté le 6 juillet à son retour d’un séjour à Paris, Epstein, qui était âgé de 66 ans, a été retrouvé sans connaissance dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center (MCC) à Manhattan et n’a pu être ranimé. L’autopsie a conclu au suicide par pendaison. Il était accusé d’avoir recruté des dizaines de mineures entre 2002 et 2005.

Epstein avait fait l’objet d’une première enquête en 2005 en Floride après que la police de Palm Beach eut été alertée par des accusations d’abus sexuels sur mineures à son encontre. Il avait conclu un accord de plaider-coupable pour une seule charge, celle d’avoir sollicité les services de prostituées mineures, et n’avait écopé que d’une peine de 13 mois de prison aménagée, avec autorisation de quitter sa cellule pendant la journée.

William James; Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below