July 29, 2019 / 7:06 PM / in 2 months

Notre-Dame: Une plainte pour mise en danger d'autrui

PARIS (Reuters) - L’association Robin des Bois a déposé une plainte contre X pour mise en danger d’autrui dans la gestion de la pollution au plomb qui a suivi l’incendie de la cathédrale Notre-Dame, a-t-on appris lundi auprès de l’association.

L'association Robin des Bois a déposé une plainte contre X pour mise en danger d'autrui dans la gestion de la pollution au plomb qui a suivi l'incendie de la cathédrale Notre-Dame, a-t-on appris lundi auprès de l'association. /Photo prise le 24 juillet 2019/REUTERS/Rafael Yaghobzadeh

La plainte, révélée par le journal Le Monde, a été déposée vendredi dernier. L’association reproche aux autorités d’avoir minimisé les risques sanitaires liés à la fonte des quelque 400 tonnes de plomb qui recouvraient la charpente de la cathédrale.

“On remet en cause la démarche de l’ARS (Agence régionale de santé) qui a été tout à fait sous-dimensionnée par rapport à l’ampleur de l’enjeux sanitaires”, a dit à Reuters Jacky Bonnemains, président de Robin des Bois.

“Un campagne d’affichage systématique sur les risques au plomb aurait dû être faite sur les quartiers de Notre-Dame”, a-t-il ajouté en dénonçant une communication “particulièrement opaque et volontairement parcellaires afin d’être rassurante”.

Le premier communiqué alertant les médias de la présence de plomb dans certaines zones localisées a été envoyé le 27 avril, soit douze jours après le sinistre. Ces zones, parmi lesquelles le parvis de Notre-Dame, ont été interdites au public.

Les premières recommandations ont été adressées aux riverains 28 jours après l’incendie, après la découverte de dépôts de poussières résiduelles aux abords de la cathédrale. Les résultats des tests de toxicité et de dépistage ont été publiés pour l’ensemble uniquement le 18 juillet.

Les prélèvements effectués dans les logements des alentours montrent que les niveaux constatés restent inférieurs aux seuils recommandés, tout comme les prélèvements effectués dans des lieux accueillants des enfants, dit l’ARS dans son rapport.

Parmi les 90 enfants chez qui un dépistage a été réalisé, 10 présentaient une plombémie (taux de plomb présent dans le sang) supérieur au seuil de vigilance, un seul présentait une plombémie supérieure au seuil de déclaration obligatoire, mais elle serait antérieure et sans-lien avec l’incendie, indique encore le rapport.

CHANTIER INTERROMPU

L’association Robin des Bois déplore que les dépistages aient été surtout volontaires et que les prélèvements aient été cantonnés aux abords de la cathédrale, quand la trajectoire du panache de fumée laissait présager une pollution à venir dans l’ouest de Paris.

Une cartographie des poussières extérieures a d’ailleurs révélé des teneurs importantes en plomb dans les 6e, 5e, 4e et 7e arrondissements et des teneurs très importantes autour et sur le parvis, peut-on lire dans la plainte.

Deux écoles proches de la cathédrale (dans le 6e arrondissement), qui accueillaient des enfants en centre de loisirs pour l’été, ont été fermées le 25 juillet le temps de les nettoyer, en raison de la concentration de plomb.

“Deux jours après la catastrophe, il était décidé par les plus hautes instances de l’Etat que la cathédrale devait être reconstruite en 2024”, dit Jacky Bonnemains. “A partir du moment où, nous, on disait : ‘attention avant de reconstruire, il faut assainir, il faut décontaminer’, on se posait en ralentisseur de la reconstruction.”

L’association craint également pour la santé des intervenants - pompiers, policiers - dépêchés sur place pour éteindre l’incendie et assurer la sécurité le jour du sinistre et les jours suivants.

Le préfet d’Île-de-France, Michel Cadot, a d’ailleurs suspendu le chantier de reconstruction de Notre-Dame jeudi dernier à la suite d’un rapport de l’inspection du travail estimant que les installations de décontamination étaient sous-dimensionnées, et que les règles de précaution n’étaient pas systématiquement appliquées.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, le plomb est une substance toxique qui se diffuse dans l’organisme pour atteindre le cerveau, le foie, les reins et les os. Il est particulièrement nocif pour les enfants.

Caroline Pailliez, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below