July 25, 2019 / 12:21 PM / 5 months ago

Paris bat son record absolu de chaleur, canicule en Europe

PARIS (Reuters) - Paris a battu jeudi son record de chaleur avec 42,6 degrés mesurés en milieu d’après-midi, a annoncé Météo France, à l’heure où la France et une partie de l’Europe du Nord sont écrasées par une nouvelle canicule, la deuxième en un mois.

Paris a battu jeudi son record de chaleur avec 42,6 degrés mesurés en milieu d'après-midi, a annoncé Météo France, à l'heure où la France et une partie de l'Europe du Nord sont écrasées par une nouvelle canicule, la deuxième en un mois. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

Le précédent record dans la capitale, qui tenait depuis le 28 juillet 1947, a été effacé dès 13h12, avec 40,6 degrés, puis la température a continué à augmenter jusqu’à atteindre un pic à 16h32 à la station centenaire de Paris-Montsouris.

“Du jamais vu depuis le début des mesures”, souligne l’institut.

De nombreuses autres villes ont vécu la journée la plus torride dans l’histoire des relevés, notamment Troyes, Rouen, Lille et Dunkerque, où il a fait 40 degrés, voire plus.

La France est confrontée depuis le début de semaine à une vague de chaleur, la deuxième en un mois après celle qui a traversé une partie de l’Europe fin juin, 16 ans après l’épisode de forte chaleur de 2003 qui a fait de 15.000 à 20.000 morts.

Les températures devraient retomber vendredi, selon Météo France, qui avait déclenché mercredi l’alerte rouge dans vingt départements du Nord, Ile-de-France comprise.

La préfecture de police de Paris a annoncé la fin, dès vendredi, des restrictions de circulation dans la capitale et à ses abords, qui avaient été instaurées mardi en raison d’une pollution à l’ozone, provoquée par les hautes températures.

Cette vague de chaleur touche d’autres pays d’Europe du Nord qui connaissent eux aussi des records de température.

Ainsi les Pays-Bas ont vu pour la première fois de leur histoire le mercure dépasser les 40° Celsius avec 40,4 degrés enregistrés dans le sud du pays. Le précédent record était de 39,3°, constaté mercredi.

La Grande-Bretagne suffoque elle aussi: la température a atteint un niveau record pour un mois de juillet, avec 38°1 à Cambridge, ce qui dépasse nettement le précédent record pour un mois de juillet, qui était de 36°7 en 2015. Il s’agit de la deuxième température la plus élevée jamais enregistrée dans le pays, après les 38°5 atteints en août 2003.

L’Allemagne a connu son deuxième record de chaleur en deux jours avec un thermomètre affichant 41,5° dans la ville de Lingen dans le nord-ouest du pays.

Dans le nord de la Pologne, l’apparition d’algues toxiques a contraint les autorités à fermer une quinzaine de plages. “La mer Baltique n’est pas l’une des plus propres et quand les températures sont aussi élevées, les organismes se multiplient à la vitesse de la lumière et il faut fermer les plages”, a commenté un porte-parole de l’inspection sanitaire polonaise.

“Il y a 40% à 50% de chance que ce soit le mois de juillet le plus chaud jamais enregistré. Cette vague de chaleur est exactement conforme aux prévisions concernant les changements climatiques”, a déclaré Karsten Haustein, de l’Institut sur les changements environnementaux, à l’Université d’Oxford.

Marine Pennetier, avec Simon Carraud, Pierre Serisier, Eric Faye et les bureaux de Reuters à Londres et Amsterdam, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below