July 22, 2019 / 2:17 PM / a month ago

Vague de chaleur, les véhicules polluants bannis de Paris mardi

La préfecture de police de Paris a annoncé la mise en oeuvre de la "circulation différenciée" mardi dans la capitale et à ses abords en raison d'un possible pic de pollution dû aux fortes chaleurs attendues cette semaine. /Photo prise le 24 juin 2019/REUTERS/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - La préfecture de police de Paris a annoncé la mise en oeuvre de la “circulation différenciée” mardi dans la capitale et à ses abords en raison d’un possible pic de pollution dû aux fortes chaleurs attendues cette semaine.

Seuls les véhicules munis d’une vignette Crit’Air de classe 0, 1 et 2, soit les moins polluants, seront autorisés à circuler à l’intérieur d’une zone délimitée par l’A86, précise la préfecture dans un communiqué publié lundi.

La mesure sera toutefois appliquée “avec discernement” compte tenu des départs en vacances, font savoir les autorités.

Les vitesses maximales seront par ailleurs abaissées, à 110 km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130 km/h ou à 90 km/h sur les portions d’autoroutes et de voies rapides normalement limitées à 110 km/h.

L’association Airparif, chargée de surveiller la qualité de l’air en Ile-de-France, prévoit, mardi, une concentration en ozone allant de 155 à 185 μg/m³, un niveau potentiellement supérieur au seuil dit d’information-recommandation (180 μg/m³).

La pollution à l’ozone est favorisée par la canicule, qui devrait s’installer sur une grande partie de la France cette semaine, un mois après une première vague de chaleur au cours de laquelle la température a atteint 46 degrés - un record absolu en France - dans l’Hérault.

Le mercure devrait à nouveau dépasser mardi les 35 degrés dans certaines régions du nord de la Loire, à Paris notamment, et les 40 degrés par endroits, particulièrement dans le Sud-Ouest, selon les prévisions de Météo France, qui a placé 21 départements en vigilance orange.

Comme il y a un mois, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est adressée lundi à la presse pour souligner l’importance des “consignes de vigilance” - pas seulement pour les personnes les plus fragiles - censées prévenir une crise sanitaire de grande ampleur, comme celle de 2003.

“Nous nous rendons compte que les personnes bien portantes ne se sentent pas concernées par des fortes chaleurs, continuent de faire des efforts sportifs inconsidérés lorsque la température dépasse la température corporelle”, a-t-elle dit à des journalistes.

Simon Carraud, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below