July 4, 2019 / 11:34 AM / 4 months ago

La mémoire de Michael Jackson défendue devant un tribunal français

ORLÉANS, Loiret (Reuters) - Des fans français du chanteur Michael Jackson ont demandé jeudi réparation à deux témoins américains interrogés dans le cadre du documentaire “Leaving Neverland”, dans lequel leur idole est accusée d’abus sexuels sur mineurs.

Des fans français du chanteur Michael Jackson ont demandé jeudi réparation à deux témoins américains interrogés dans le cadre du documentaire "Leaving Neverland", dans lequel leur idole est accusée d’abus sexuels sur mineurs. /Photo d'archives/REUTERS/Russell Boyce

Ce documentaire a été récemment diffusé par la chaîne de télévision française M6 et la législation française protège la mémoire des morts, ce qui justifie l’engagement en France de cette procédure par trois associations de fans, a expliqué à Reuters leur avocat, Me Emmanuel Ludot.

“On peut penser que c’est un caprice de fans, rien de bien sérieux. Mais quand vous parlez avec les fans, il y a une réelle souffrance”, a-t-il déclaré lors de l’audience, qui s’est tenue au tribunal d’Orléans (Loiret).

“Les associations, reconnues comme cultuelles par le préfet lui-même, ont vocation à entretenir la mémoire de Michael Jackson (...) et il y a dans notre Code civil un dispositif qui protège la mémoire des morts”, a ajouté l’avocat, qui assure avoir le soutien de la famille Jackson.

L’exécuteur testamentaire du chanteur, John Branca, a fait savoir dans un mail qu’il soutenait la démarche des fans français et de leur avocat, dans l’espoir qu’une décision favorable en France fasse tache d’huile aux Etats-Unis.

Michael Jackson est mort le 25 juin 2009 à Los Angeles à l’âge de 50 ans.

Les deux témoins du documentaire, James Safechuck et Wade Robson, se présentent comme des victimes de la superstar dont les tubes “Billie Jean”, “Thriller” et “Bad” ont fait le tour du monde. L’audience s’est tenue en leur absence.

“Les Américains, si vous ne leur demandez pas un million de dollars, ils ne sortent pas de chez eux”, a regretté Me Ludot.

Les trois associations qui les ont assignés en justice les accusent de s’être livrés à un “lynchage” à l’encontre de leur idole et d’avoir porté une grave atteinte à sa mémoire. Elles réclament un euro symbolique chacune.

“C’est très important pour nous que ces deux personnes comprennent qu’elles ne peuvent pas salir sa mémoire”, a expliqué Myriam Walter, présidente de l’association Michael Jackson Community.

“Nous aurions dû leur réclamer le remboursement de tout l’argent que leur a donné Michael”, a renchéri Samira, une fan parisienne qui arborait une photo de son idole et un T-shirt frappé d’un poème.

La décision a été mise en délibéré au 4 octobre 2019.

“Je suis optimiste”, a dit à Reuters Me Ludot. “Il y a manifestement une faute commise par ces accusateurs après la mort de Michael Jackson. En France, on ne peut pas salir la mémoire des morts.”

En 2014, l’association Michael Jackson Community a obtenu la condamnation de Conrad Murray, médecin personnel de Michael Jackson, au versement d’un euro symbolique à cinq fans français pour préjudice moral.

Accusé aux Etats-Unis d’avoir provoqué la mort du chanteur par une overdose médicamenteuse, ce médecin a été condamné pour homicide involontaire à quatre ans d’emprisonnement en 2011 et libéré en 2013.

Edité par Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below