June 21, 2019 / 7:31 AM / 4 months ago

Géorgie: L'opposition mobilisée après les heurts à Tbilissi

TBILISSI (Reuters) - Le président du Parlement géorgien, Irakli Kobakhidze, a démissionné vendredi, au lendemain de violents heurts entre manifestants et policiers à l’occasion de la venue à Tbilissi d’une délégation russe conduite par le député Sergueï Gavrilov.

Le président du Parlement géorgien, Irakli Kobakhidze, a démissionné vendredi, au lendemain de violents heurts entre manifestants et policiers à l'occasion de la venue à Tbilissi d'une délégation russe conduite par le député Sergueï Gavrilov. /Photo prise le 21 juin 2019/REUTERS/Irakli Gedenidze

Jeudi soir, la police a fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc pour disperser des manifestants qui tentaient d’entrer dans le Parlement pour dénoncer la visite de Gavrilov, qui a pu s’exprimer devant les députés.

La confrontation qui a duré plusieurs heures a fait des centaines de blessés parmi les manifestants et les policiers.

Vendredi, les partis d’opposition sont restés mobilisés pour réclamer le départ du ministre de l’Intérieur Giorgi Gakharia, la libération des manifestants arrêtés et l’ouverture de négociations en vue d’organiser des élections législatives anticipées.

Plusieurs milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées en fin d’après-midi devant le Parlement, face à des policiers déployés en nombre relativement restreint.

Les incidents de jeudi soir ont été “provoqués par les forces d’opposition”, a affirmé le Premier ministre géorgien Mamuka Bakhtadze.

La présidente Salomé Zourabichvili, dont le rôle est essentiellement protocolaire, a quant à elle présenté la Russie comme un pays “ennemi” et une puissance occupante. Elle a évoqué une “cinquième colonne” russe qui serait à l’oeuvre pour semer le chaos en Géorgie.

L’influence de la Russie en Géorgie reste une question sensible. Les deux pays, après une courte guerre remportée par les Russes en août 2008, n’entretiennent plus de relations diplomatiques.

L’opposition géorgienne accuse le parti au pouvoir de se montrer trop laxiste face à Moscou.

A la suite des violences à Tbilissi, la Russie a dénoncé les actes “anti-russes” de certaines forces géorgiennes “radicales”.

De retour à Moscou, Sergueï Gavrilov a déclaré qu’à son avis les heurts de jeudi soir avaient été prémédités. Il a accusé des “forces extrémistes” de chercher à mener un coup d’Etat pour prendre le pouvoir à Tbilissi.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, parlant d’une “provocation anti-russe”, a affirmé que la sécurité de Gavrilov et d’autres membres de la délégation russe avait été mise en danger par les manifestants.

Dans la soirée, le Kremlin a annoncé que le président Vladimir Poutine avait ordonné la suspension des vols commerciaux de la Russie vers la Georgie.

Margarita Antidze et Andrew Osborn, avec Tom Balmforth et Maria Kiselyova à Moscou; Jean Terzian et Guy Kerivel pour le service français, édité par Tangi Salaün

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below