June 7, 2019 / 10:51 AM / 3 months ago

Paris appelé à faire plus contre les plastiques en Méditerranée

PARIS (Reuters) - La France, pays méditerranéen qui produit le plus de déchets plastiques, doit prendre de nouvelles mesures pour réduire ses rejets dans l’attente d’un accord régional de lutte contre la pollution en Méditerranée, estime l’association de défense de l’environnement WWF dans un rapport publié vendredi.

La France, pays méditerranéen qui produit le plus de déchets plastiques, doit prendre de nouvelles mesures pour réduire ses rejets dans l'attente d'un accord régional de lutte contre la pollution en Méditerranée, estime l'association de défense de l'environnement WWF dans un rapport publié vendredi. /Photo prise le 10 février 2019/REUTERS/Amir Cohen

Sur les 24 millions de tonnes de déchets plastiques produites chaque année par les 22 pays du bassin méditerranéen, la France en produit 4,5 millions, soit 66,6 kg par habitant, indique l’association dans son rapport publié à la veille de la journée mondiale de l’Océan.

Intitulé : “Stoppons le torrent de plastique ! Guide à destination des décideurs français pour sauver la Méditerranée”, le rapport est fondé sur des chiffres de 2016. La version anglaise, “Stop the flood of plastic” concerne tous les pays.

Selon WWF, un quart des déchets plastiques de la région sont rejetés dans la nature chaque année, soit six millions de tonnes, dont quelque 600.000 tonnes (10%) en mer Méditerranée.

Les pays méditerranéens qui gèrent le plus mal leurs déchets plastiques sont l’Egypte (43% des déchets mal gérés), la Turquie (19%) et l’Italie (7,5%).

En raison de systèmes de collecte plus performants que ses voisins, la France, avec 1,4% de déchets mal gérés, parvient à collecter l’essentiel de ses déchets et à limiter les rejets dans la nature, concède WWF.

L’IMPACT DES ACTIVITÉS TOURISTIQUES

L’organisation non gouvernementale estime “malgré tout” que la France contribue au rejet de 80.000 tonnes de plastiques par an dans la nature, dont plus de 10.000 tonnes en Méditerranée.

Les rejets plastiques en mer Méditerranée proviennent notamment d’une mauvaise gestion des déchets et de l’impact des activités touristiques, indique WWF.

“Une fois en mer, ces plastiques polluent les écosystèmes et menacent la survie les espèces”, ajoute l’ONG.

Pour résoudre l’impact sur l’environnement, WWF propose de “fermer le robinet de la production” et appelle tous les Etats de la région à conclure “un accord multilatéral contraignant afin de stopper les rejets de plastiques en Méditerranée d’ici 2030”.

Cet accord pourrait être négocié dans le cadre de la Convention de Barcelone, entrée en vigueur en 1978, pour la protection du milieu marin et du littoral méditerranéen.

Dans l’attente d’un tel accord contraignant, WWF propose à chaque pays des idées pour aller plus loin. La France, qui prohibe déjà l’utilisation des sacs plastiques non dégradables, est priée d’annoncer de nouvelles interdictions et d’assurer une recyclabilité totale des plastiques en supprimant certains additifs non recyclables.

L’association évoque l’idée d’une “écotaxe” sur la production de plastique vierge, la mise en place d’un système de consigne intégré sur tous les emballages et l’utilisation l’imagerie par satellite pour identifier les décharges illégales.

Danielle Rouquié, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below