June 6, 2019 / 4:23 PM / 3 months ago

LR élit son chef en octobre, mais cherche toujours sa ligne

PARIS (Reuters) - Les Républicains s’efforcent de maîtriser leur destin malgré la crise en fixant à octobre le choix d’un chef, mais la menace d’une vague de dissidences, à l’image de la démission de Valérie Pécresse, brouille singulièrement l’avenir du parti de droite.

Les Républicains s'efforcent de maîtriser leur destin malgré la crise en fixant à octobre le choix d'un chef, mais la menace d'une vague de dissidences, à l'image de la démission de Valérie Pécresse, brouille singulièrement l'avenir du parti de droite. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

La Haute autorité de LR a annoncé jeudi que le premier tour de l’élection à la présidence du parti, provoquée par la démission de Laurent Wauquiez après la déroute historique des européennes (8,48%), se déroulerait du samedi 12 octobre 20h00 au dimanche 13 octobre 20h00.

Si un second tour était nécessaire, le vote aurait lieu du samedi 19 octobre 20h00 au dimanche 20 octobre 20h00.

Les prétendants, présentés par au moins 5% des parlementaires LR et au moins 1% des adhérents à jour de cotisation, devront faire acte de candidature entre le 15 juillet et le 13 août. La liste définitive des candidats sera établie et rendue publique entre le 14 et le 28 août.

Aucun candidat ne s’est pour l’heure fait connaître dans ce climat de grande incertitude.

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour le Figaro et franceinfo publié jeudi, Nicolas Sarkozy (68%), François Baroin (62%) et Xavier Bertrand (55%), qui a fait le choix dès décembre 2017 de quitter le parti, sont considérés par les sympathisants LR comme les meilleures candidats.

La décision de la Haute autorité donne certes une perspective à un parti en déshérence mais elle ne résout rien d’un débat de longue date sur son positionnement idéologique.

L’ancienne ministre Valérie Pécresse a mis en avant l’incapacité supposée du parti à refonder la droite républicaine “de l’intérieur” pour justifier sa démission mercredi soir.

Un départ qui a surpris dans les rangs de LR, alors que la présidente de la région Ile-de-France avait apporté son soutien la veille à l’initiative du président du Sénat Gérard Larcher en faveur de conventions territoriales, dès juin, censées aboutir en octobre à une convention nationale de la droite et du centre.

“REPARTIR DE ZÉRO”

“Notre parti est cadenassé : sur ses idées et sur son organisation. Depuis deux ans, j’ai tenté de faire évoluer notre politique et notre stratégie pour élargir la droite et ramener à nous tous nos électeurs qui nous ont quittés. En vain”, explique Valérie Pécresse dans une lettre transmise jeudi aux militants et sympathisants de Libres!, un mouvement qu’elle avait créé en septembre 2017 au sein des Républicains.

“Malgré notre bel ancrage local, nous serons en voie d’extinction si nous ne provoquons pas très vite un électrochoc. Et il va falloir repartir de zéro”, ajoute-t-elle en appelant à “une troisième voie” entre La République en marche et le Rassemblement national.

L’ancienne ministre du Budget n’appelle pas pour autant les élus de Libres! à quitter les groupes parlementaires LR.

“Que ce soit très clair: nous sommes dans l’opposition à Emmanuel Macron et l’objectif n’est pas de l’affaiblir, mais de la renforcer. Il n’est pas question de créer d’autre groupe à l’Assemblée”, dit-elle dans un entretien au Figaro mis en ligne jeudi soir. “Les parlementaires Libres! resteront apparentés aux groupes LR à l’Assemblée et au Sénat.”

Le choix de Valérie Pécresse, qui garde dans son viseur les régionales de 2021 et présidentielle de 2022, n’est en rien contradictoire avec le projet de Gérard Larcher, fait-on valoir dans son entourage. “Elle sera partie prenante de la démarche de Gérard Larcher, qui est au-delà des partis”, dit-on à Reuters.

Son ambition est de faire de Libres!, qui revendique un millier d’élus, le “pilier fort” sur lequel s’appuierait l’initiative Larcher. “Ce pilier, je souhaite le construire avec tous ceux d’entre vous qui partagent la même intuition que moi, mais en ouvrant nos portes et nos fenêtres à la société civile et en s’appuyant sur l’expérience inestimable de nos élus de terrain”, écrit-elle dans sa lettre.

“DANS LE DÉNI”

“Des gens vont nous rejoindre petit à petit, à leur rythme : des maires, des conseillers régionaux, départementaux”, assure-t-on dans l’entourage de la présidente d’Ile-de-France.

Le député Robin Reda, le conseiller régional et maire de L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) Vincent Jeanbrun, le juppéiste Maël de Calan et Florence Portelli, maire de Taverny (Val-d’Oise), se sont inscrits dans son sillage dès mercredi soir.

“Il faut voir la réalité en face : le parti est totalement dans le déni. L’annonce d’une élection en octobre ne fait que justifier sa décision. Qui peut croire qu’un parti se précipite dans un processus électoral sans ligne politique?”, commente un proche de Valérie Pécresse.

Constat partagé par l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, pour qui “l’hémorragie” va continuer.

“La seule façon de la stopper, c’est d’avoir une ligne politique”, a-t-il réagi sur CNEWS. “C’est bien d’annoncer des conventions, c’est bien d’annoncer des réunions, le fond de l’affaire, c’est la ligne politique : est-ce qu’on dit très clairement on préfère Macron à Le Pen?”, a-t-il ajouté.

“Le parti aujourd’hui doit ‘s’autofermer’”, a-t-il lancé.

Pour Jean Leonetti, président par intérim de LR, “la meilleure façon de respecter les militants, c’est de leur redonner la parole”.

Bruno Retailleau, qui a réuni jeudi avec Gérard Larcher le groupe LR au Sénat, martèle le mot de l’ordre de “l’unité”. “Je n’ai aucune crainte” à ce sujet, a-t-il dit à Reuters.

Sophie Louet avec Elizabeth Pineau et Danielle Rouquié, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below