June 6, 2019 / 11:52 AM / 5 months ago

Macron et Trump font taire leurs divergences à l'occasion du "D-Day"

COLLEVILLE-SUR-MER/CAEN, Calvados (Reuters) - Emmanuel Macron et Donald Trump, dont les divergences se sont multipliées depuis deux ans, ont affiché jeudi un front uni en louant leur relation “exceptionnelle” à l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement du 6 juin en Normandie.

Emmanuel Macron et Donald Trump, dont les divergences se sont multipliées depuis deux ans, ont affiché jeudi un front uni en louant leur relation "exceptionnelle" à l'occasion du 75e anniversaire du Débarquement du 6 juin en Normandie. /Photo prise le 6 juin 2019/REUTERS/Carlos Barria

Réunis sous un grand ciel bleu dans le cimetière américain de Colleville-sur-mer (Calvados), le président français et son homologue américain ont rendu un vibrant hommage aux combattants du “jour le plus long” dont l’arrivée sur le plages normandes a permis de libérer l’Europe du joug nazi.

“Soixante-quinze ans après, nous savons ce que nous devons à l’Amérique (...) aujourd’hui, la France n’oublie pas tous ces combattants à qui elle doit de vivre libre”, a déclaré Emmanuel Macron avant de remettre à cinq vétérans américains l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur.

Pour Donald Trump, “ces hommes ont traversé les flammes de l’enfer, portés par une force qu’aucune arme ne pouvait détruire : le patriotisme fervent d’un peuple libre, fier et souverain”.

Le débarquement de quelque 150.000 soldats alliés le 6 juin 1944 sur les plages normandes a marqué le début de la bataille de Normandie qui a fait quelque 110.000 morts, dont plus de 20.000 civils. Cette bataille est considérée comme une étape décisive face à l’armée allemande durant la Seconde guerre mondiale avant la libération de Paris le 25 août 1944, qui a mis fin à quatre années d’occupation de la capitale française.

“RELATIONS EXCEPTIONNELLES”

Contrairement à leurs précédentes rencontres, où ils alternaient gestes et déclarations d’amitié et divergences assumées - sur le climat, l’Iran ou encore le commerce -, cette journée de commémorations a été l’occasion pour Donald Trump et Emmanuel Macron d’insister sur le positif.

“Il y a eu des situations où nous avons fait du bon travail, où la relation a été bonne, dans d’autres cas, cela n’a pas été aussi bon” mais dans l’ensemble “les relations entre vous et moi et celles entre la France et les Etats-Unis sont exceptionnelles”, a souligné le président américain, s’adressant à Emmanuel Macron au début d’un déjeuner de travail à Caen.

Concernant l’Iran, pomme de discorde entre Paris et Washington, le président américain a rappelé le fait que la France et les Etats-Unis étaient d’accord sur le fait d’empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire.

A ses côtés, Emmanuel Macron a insisté sur leur “relation extrêmement forte” et s’est dit “confiant” sur la capacité des deux capitales à “bâtir des positions communes”.

Seul écart, l’appel lancé dans la matinée par Emmanuel Macron à Colleville-sur-Mer, exhortant son homologue à ne jamais cesser de faire vivre “l’alliance de peuples libres”.

“La victoire contre la barbarie aurait été impossible sans l’apport décisif des Etats unis” et sans “l’union des armées alliées”, a insisté le chef de l’Etat français à l’heure où Donald Trump ne cesse de remettre en question les instances internationales, de l’Onu à l’Otan.

“L’Amérique, cher président Trump, qui n’est jamais aussi grande que lorsqu’elle se bat pour la liberté des autres, l’Amérique qui n’est jamais aussi grande que lorsqu’elle se montre fidèle aux valeurs universelles que défendaient ses pères fondateurs”, a-t-il poursuivi, en détournant le slogan “Make America great again” de campagne de Donald Trump en 2016.

TENSIONS INTERNATIONALES

Le président américain a pris depuis son arrivée à la Maison blanche en janvier 2017 une série de décisions unilatérales, que ce soit sur l’accord relatif au programme nucléaire iranien, l’accord de Paris sur le climat ou encore sur le commerce.

Répondant à l’appel lancé par son homologue, Donald Trump a assuré que l’alliance entre Washington et ses partenaires, “forgée dans le feu de la bataille”, était “indestructible.”

Cette journée était “un moment pour se souvenir de ce qui nous unit et sur cette base de nous dire qu’on a toujours beaucoup à faire ensemble, des valeurs communes, des intérêts à défendre pour lesquels nous devons travailler ensemble”, a souligné l’Elysée à l’issue de l’entretien entre les deux présidents qualifié de “constructif” et de “positif”.

Reste une inconnue : la présence du président américain au sommet du G7 qui se tiendra fin août à Biarritz. Selon l’Elysée, Donald Trump, dont la volte-face du dernier G7 au Canada l’an dernier est encore dans toutes les têtes, n’a pour l’heure pas encore répondu officiellement à l’invitation française. “Mais nous avons bon espoir”.

Avec Steve Holland, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below