June 6, 2019 / 6:42 AM / 3 months ago

Cible de perquisitions, Collomb dénonce une manoeuvre politique

LYON (Reuters) - Le maire de Lyon, Gérard Collomb, voit dans la double perquisition qui l’a visé mercredi, dans une affaire d’emploi fictif supposé concernant son ancienne compagne, une manoeuvre politicienne déclenchée à neuf mois des élections municipales.

Le maire de Lyon, Gérard Collomb, voit dans la double perquisition qui l'a visé mercredi, dans une affaire d’emploi fictif supposé concernant son ancienne compagne, une manoeuvre politicienne déclenchée à neuf mois des élections municipales. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

Après avoir diffusé dans la nuit un communiqué en forme de contre-attaque, l’ancien ministre de l’Intérieur s’est montré souriant jeudi lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville prévue au départ sur le thème de “la nature en ville”.

“Je n’ai rien à cacher” a assuré l’édile avec calme.

“Cela doit faire une petite quarantaine d’années que je suis dans la vie publique. En quarante ans, on a essayé de chercher des failles sur que nous faisions, et nous avons toujours été d’une grande rigueur”, a-t-il ajouté, avant de donner des détails sur la double perquisition de la veille.

“Les enquêteurs ont pu prendre l’ensemble des documents qu’ils souhaitaient, à mon domicile, à 6h30 du matin, et à l’hôtel de ville jusqu’à 23h00, ce qui fait une grande journée, pour les enquêteurs comme pour moi-même”, a-t-il rapporté. “Ça ne m’inquiète pas du tout. J’attends de manière sereine et on verra le déroulement de la procédure, on répondra à toutes les questions qu’on souhaite nous poser. On est parfaitement serein et prêts à répondre à l’ensemble des questions.”

L’ancien ministre a néanmoins confié s’inquiéter de l’origine des fuites de l’affaire ainsi que de son calendrier, dénonçant en creux une manoeuvre politique de ses adversaires à l’approche des élections municipales de mars 2020.    

“Je m’inquiète quand même que ce problème, qui date d’une vingtaine d’années, sorte juste après les européennes et juste avant les municipales. Ça peut étonner. On verra bien ce que ça donne”, a-t-il dit. “Il semblerait que certaines personnes dans la ville avaient un temps d’avance sur moi pour une fois.”

Gérard Collomb est candidat à sa propre succession pour un quatrième mandat de maire de Lyon. Dans son propre camp, son ancien dauphin, David Kimelfeld, aujourd’hui président de la Métropole de Lyon, brigue aussi l’hôtel de ville.

Dans son communiqué diffusé dans la nuit, Gérard Collomb s’étonne “du fait qu’un rapport provisoire de la chambre régionale des comptes d’Auvergne-Rhône-Alpes, pas encore publié et n’ayant pas reçu la réponse de l’administration, ait pu ‘échouer’ sur le bureau du Parquet national financier et servir de base au déclenchement d’une enquête judiciaire.”

Il détaille aussi sa stratégie de contre-attaque.

“Dès que j’ai été informé des interrogations de la chambre régionale des comptes, j’ai demandé à mes services de diligenter une enquête administrative”, écrit-il, ajoutant avoir avisé “le procureur de la République territorialement compétent de la situation”.

Catherine Lagrange, édité par Elizabeth Pineau

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below