May 29, 2019 / 7:31 AM / 6 months ago

Peltier demande un "congrès d'Epinay" de la droite

PARIS (Reuters) - Guillaume Peltier, premier vice-président des Républicains, a appelé mercredi à un “congrès d’Epinay” de la droite après la déroute des élections européennes afin que LR devienne “le grand parti du travail” en rompant “avec le conservatisme sociétal, le rigorisme moral, la rigueur bugétaire”.

Guillaume Peltier (photo), premier vice-président des Républicains, a appelé mercredi à un "congrès d'Epinay" de la droite après la déroute des élections européennes afin que LR devienne "le grand parti du travail" en rompant "avec le conservatisme sociétal, le rigorisme moral, la rigueur bugétaire". /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Le député du Loir-et-Cher, qui se pose comme l’un des hérauts de la “nouvelle génération” LR, donne à Laurent Wauquiez, président du parti, et au président du Sénat Gérard Larcher jusqu’à l’automne pour refonder le parti.

Fragilisé, Laurent Wauquiez a proposé des états généraux de la droite à la rentrée pour sortir de la crise, tandis que Gérard Larcher a pris la tête d’une initiative pour le rassemblement de la droite et du centre.

“Il est (...) temps, si nous ne voulons pas mourir - parce que la droite est mortelle - de tout changer et d’engager une révolution”, a estimé Guillaume Peltier sur RTL. “La question n’est pas une question d’hommes”.

“Je propose que la droite rompe avec le conservatisme sociétal, avec le rigorisme moral, avec la rigueur budgétaire et que nous devenions le grand parti du travail”, a poursuivi l’élu passé dans sa jeunesse par le Front national et le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers.

“La droite qui gagne, celle du général de Gaulle, de Jacques Chirac, de Nicolas Sarkozy, c’est une droite qui pose des conditions très strictes de stratégie d’alliance avec nos partenaires centristes, des conditions très strictes d’état d’esprit : cessons d’être un parti d’opposition bête, méchant, stérile, caricatural”, a-t-il souligné.

Du “petit parti conservateur” qu’elle est devenue selon lui, la droite doit incarner à l’avenir “le parti du travail”, “le parti de la laïcité”, “le parti des provinces”.

“Oui aux états généraux, oui à l’initiative des territoires, à la condition très stricte qu’à l’automne une forme de congrès d’Epinay de la droite ait lieu avec des décisions très précises” sur ces bases, a dit le bras droit de Laurent Wauquiez.

Le congrès d’Epinay, en 1971, constitua l’acte de naissance et de refondation du Parti socialiste dont François Mitterrand prit la tête pour oeuvrer à l’union des forces de gauche.

Prié de dire qui pourrait être le “Mitterrand” de droite, Guillaume Peltier a répondu : “Nous avons besoin de tout le monde, y compris du parrainage et des conseils de Nicolas Sarkozy et de Jean-Louis Borloo.”

“Eux-mêmes nous disent ‘à vous la nouvelle génération de prendre vos responsabilités’”, a-t-il précisé.

Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below