May 10, 2019 / 11:44 AM / 3 months ago

Fondation sur l'esclavage en 2019, mémorial en 2021

PARIS (Reuters) - Promises il y a un an à l’occasion du 170e anniversaire de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, la fondation pour la mémoire de l’esclavage verra le jour “dans les prochains mois” avant l’inauguration d’un mémorial à Paris en 2021, a annoncé vendredi Emmanuel Macron.

Promises il y a un an à l'occasion du 170e anniversaire de l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, la fondation pour la mémoire de l'esclavage verra le jour "dans les prochains mois" avant l'inauguration d'un mémorial à Paris en 2021, a annoncé vendredi Emmanuel Macron. /Photo prise le 10 mai 2019/REUTERS/Philippe Wojazer

“La mémoire de l’esclavage a besoin d’actes, de lieux, d’institutions”, a déclaré le chef de l’Etat lors d’une cérémonie organisée à l’occasion de la journée nationale des mémoires de la traite de l’esclavage et de leurs abolitions.

“Ce sont les engagements concrets que j’ai pris le 27 avril 2018 : d’abord ériger à Paris dans le jardin des Tuileries un mémorial qui rende hommage aux victimes de l’esclavage”, a-t-il poursuivi. “Il sera situé entre l’ancienne demeure royale et impériale des Tuileries là où la convention qui vota la première abolition tenait ses séances et l’hôtel de la Marine là où a été préparée la deuxième abolition.”

“Ce mémorial sera inauguré en 2021 et je souhaite que ce moment soit pour notre pays l’occasion de rendre aux victimes de l’esclavage, à leurs descendants, l’hommage solennel de la Nation qu’ils méritent”, a-t-il souligné.

Quant à la fondation pour la mémoire de l’esclavage, présidée par l’ancien Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault et dont la création avait été annoncée en 2016 par François Hollande, elle sera “installée dans les tout prochains mois” à l’hôtel de la Marine, place de la Concorde, à Paris.

L’ancienne ministre de la Justice et ex-députée de Guyane Christiane Taubira apportera en tant que présidente du comité de soutien à cette fondation “son verbe, sa force, son aura”, s’est félicité Emmanuel Macron.

La fondation, qui devait initialement voir le jour en 2018, a vocation à être “une institution nationale moderne, rassembleuse, en prise avec les outre-mers et ouverte sur l’international” et à renforcer “la cohésion nationale”.

Inauguré en 2015 par François Hollande, le Mémorial ACTe de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe va pour sa part être renforcé “dans son statut et ses moyens” via un changement de statut, pour devenir un “interlocuteur capital pour les institutions homologues” dans le monde.

Au-delà de ces institutions, les élèves de seconde traiteront à l’avenir de “façon approfondie du système esclavagiste” et les élèves de 1ère étudieront “le long combat des abolitions jusqu’au décret de 1848” dans le cadre de la réforme des programmes du lycée, a rappelé le chef de l’Etat.

L’esclavage a été officiellement aboli en 1848 en France. En 2006, l’ancien président Jacques Chirac a fait du 10 mai la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, avant l’adoption en 2001 de la “loi Taubira” reconnaissant la traite et l’esclavage comme crime contre l’humanité.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below