May 9, 2019 / 5:37 PM / 5 months ago

Macron dit avoir des "garanties" de l'Arabie saoudite sur les armes

PARIS (Reuters) - La France a la “garantie” de la part de l’Arabie saoudite que les armes qui lui sont vendues ne sont pas utilisées contre des civils au Yémen, a déclaré jeudi Emmanuel Macron à la veille du départ d’une nouvelle cargaison d’armement via le port du Havre.

La France a la "garantie" de la part de l'Arabie saoudite que les armes qui lui sont vendues ne sont pas utilisées contre des civils au Yémen, a déclaré jeudi Emmanuel Macron. /Photo prise le 9 mai 2019/REUTERS/Stoyan Nenov

Ce transfert annoncé a relancé un débat récurrent sur l’opportunité de fournir des armes à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, qui interviennent militairement au Yémen depuis mars 2015 contre les rebelles Houthis.

“L’essentiel des armes qui ont été vendues sont plutôt utilisées à l’intérieur du territoire ou à la frontière mais elles sont utilisées dans le cadre d’un conflit”, a déclaré le président français à son arrivée à un sommet européen, à Sibiu (Roumanie).

“Néanmoins, je tiens ici à dire ce que nous avons fait, c’est-à-dire d’avoir la garantie que ce ne soit pas utilisé contre des populations civiles”, a ajouté Emmanuel Macron, précisant que cette garantie avait été “obtenue”.

Cette question soulève cependant un “conflit moral”, a encore déclaré le chef de l’Etat, qui peut être surmonté d’une part “en faisant la transparence et en étant exigeant avec nos partenaires”, alliés dans la lutte “contre le terrorisme”, et d’autre part en “nous engageant davantage dans la résolution du conflit au Yémen”.

“On va s’engager aux côtés des Nations unies davantage pour résoudre ce problème”, a poursuivi Emmanuel Macron.

La ministre française des Armées, Florence Parly, a confirmé mercredi qu’une cargaison d’armes devait être chargée à bord d’un navire en vertu d’un contrat conclu il y a plusieurs années. Il s’agit d’un cargo battant pavillon saoudien, selon le collectif de journalistes Disclose, qui fait état de “huit canons de type Caesar”, fabriqués par Nexter.

Ce transfert fait l’objet d’un recours en référé déposé par l’ONG française Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), qui doit être tranché ce jeudi à Paris.

Le 15 avril dernier, Disclose a dévoilé un rapport de la Direction du renseignement militaire (DRM) détaillant l’arsenal français utilisé par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis contre les rebelles Houthis au Yémen.

Sur la base de ces documents, le collectif estime que des armes françaises ont été déployées lors de batailles meurtrières pour les civils.

La guerre a fait des dizaines de milliers de morts et provoqué une grave crise humanitaire, sans qu’aucun des deux camps - Houthis et forces du gouvernement en exil appuyées par la coalition saoudienne - ne prenne à ce jour un avantage décisif.

Simon Carraud avec John Irish et les journalistes de Reuters à Sibiu, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below