May 9, 2019 / 11:16 AM / 3 months ago

France: Coup d'arrêt de la fréquentation touristique début 2019

La fréquentation touristique a marqué le pas au premier trimestre, le nombre de nuitées accusant un recul de 2,5% sur un an - après deux ans de hausse continue - sur fond de poursuite du mouvement social des "Gilets jaunes", selon les données publiées jeudi par l'Insee. /Photo prise le 23 mars 2019/REUTERS/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - La fréquentation touristique a marqué le pas au premier trimestre, le nombre de nuitées accusant un recul de 2,5% sur un an - après deux ans de hausse continue - sur fond de poursuite du mouvement social des “Gilets jaunes”, selon les données publiées jeudi par l’Insee.

Ce repli, qui fait suite à une croissance de 2,0% au quatrième trimestre 2018, a notamment été alimenté par une baisse de fréquentation de la clientèle non-résidente (-4,8% sur un an, contre -1,5% pour les résidents) ainsi que par le repli de la fréquentation des hôtels franciliens (-4,6%).

Au total, le nombre de nuitées dans les hébergements collectifs touristiques s’est établi à 63,5 millions sur les trois premiers mois de l’année, dont près de 18 millions pour des touristes étrangers.

La fréquentation des hôtels a diminué de 1,3% sur la période janvier-mars en glissement annuel (après une hausse de 1,5% au quatrième trimestre 2018), mettant fin à une phase de progression continue depuis le quatrième trimestre 2016 qui a marqué le début du rattrapage de la période post-attentats.

Le recul de la fréquentation hôtelière a principalement été entretenu par la désaffection des touristes étrangers (−3,4%), la clientèle résidente connaissant un repli plus modéré (−0,4%).

En termes géographiques, la baisse des nuitées a été plus nette en Ile-de-France (−4,6%) “pour les non-résidents comme pour les résidents, probablement en lien avec le mouvement social des ‘Gilets jaunes’”, souligne l’Insee.

L’inversion de tendance est encore plus marquée pour la fréquentation des autres hébergements collectifs touristiques - c’est-à-dire les résidences et les villages vacances - qui accuse une baisse de 4,5% sur un an sur les trois premiers mois de l’année, après avoir enregistré une hausse de 3,6% sur un an en fin d’année 2018.

Une évolution qui s’explique notamment par un net recul de la fréquentation de ces hébergements dans les massifs de haute montagne en pleine saison de sports d’hiver, à la fois pour les résidents (−7,6%) et pour les touristes étrangers (−8,2%).

Myriam Rivet, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below