May 7, 2019 / 4:37 PM / 5 months ago

Européennes: Ecologie et justice sociale au menu du programme de LaRem

PARIS (Reuters) - Dévoilé à moins de trois semaines des élections, le projet européen de La République en marche s’inspire de la lettre aux Européens d’Emmanuel Macron, avec l’ambition de répondre tant à “l’urgence climatique” qu’au désir de “justice sociale”.

Dévoilé à moins de trois semaines des élections, le projet européen de La République en marche s'inspire de la lettre aux Européens d'Emmanuel Macron, avec l'ambition de répondre tant à "l'urgence climatique" qu'au désir de "justice sociale". /Photo prise le 1er mai 2019/REUTERS/Christophe Ena

Discuté mardi matin en réunion de groupe à l’Assemblée, en présence de la tête de liste Nathalie Loiseau, censé être officiellement présenté jeudi, journée de l’Europe, son contenu a déjà fuité dans plusieurs médias.

“Liberté. Protection. Progrès. Nous devons sur ces piliers bâtir une Renaissance européenne”, écrit Emmanuel Macron dans un extrait du projet publié sur le site du Parisien.

De fait, le programme s’inspire très largement de la ligne tracée par le président élu il y a deux ans sur un programme aux forts accents européens et de la lettre intitulée “Renaissance” qu’il a envoyée aux Européens début mars dernier.

“Ce projet a une ambition : reprendre en main notre destin pour laisser à nos enfants une Europe respectée, verte, juste et prospère”, écrit pour sa part Nathalie Loiseau.

Sur l’affiche, l’ancienne ministre des Affaires européennes pose sur fond bleu roi avec huit colistiers dont l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron Stéphane Séjourné, le journaliste Bernard Guetta et la sénatrice Fabienne Keller, sous le slogan “En marche pour l’Europe”.

Proche du Rassemblement national dans les sondages, confronté aux critiques contre Nathalie Loiseau, parfois jugée maladroite et mal calibrée pour le rôle, le camp présidentiel entend désormais mener la bataille des idées.

“PUISSANCE VERTE”

Son programme donne priorité à la défense de l’environnement notamment représentée dans sa liste, en position éligible, par les écologistes Pascal Canfin et Pascal Durand. Ce qui n’empêche pas les adversaires “verts” du président de crier à l’imposture quand ce dernier présente, comme lundi soir, une batterie de mesures pour protéger la biodiversité.

Selon des “fuites” du Journal du dimanche, la transformation de l’Europe en “puissance verte” voulue par LaRem prévoit la fin des voitures à essence et diesel d’ici à 2040, une taxation du kérosène sur les vols à l’intérieur de l’UE et un plan d’investissement de 1.000 milliards d’euros d’ici à 2024 en faveur de la transition écologique.

Dans sa lettre de mars, Emmanuel Macron prônait aussi la création d’une “banque européenne du climat” pour financer la transition écologique.

Pour davantage de “protection”, mot-clé du programme, le projet devrait aussi appeler à réformer en profondeur de l’espace Schengen, zone de libre circulation qui regroupe 22 Etats membres.

Selon Le Parisien, la liste Renaissance propose en outre d’aller plus loin sur le travail détaché “avec une harmonisation de la fiscalité des entreprises. Mais aussi de renforcer Frontex, de mettre en place une armée commune ou un budget européen.”

Toujours selon le quotidien, la majorité prône la généralisation du programme Erasmus avec la mise en place d’un prêt de 15.000 euros garanti par l’UE et remboursable quand les étudiants trouvent un emploi. Et l’élection du président du Conseil européen au suffrage universel.

Sur le volet social, la liste LaRem-MoDem devrait suivre le voeu présidentiel, repris par Nathalie Loiseau, d’instaurer pour chaque travailleur européen un “bouclier social” lui garantissant la même rémunération sur le même lieu de travail et un salaire minimum adapté à chaque pays.

Afin de protéger le processus électoral contre les cyberattaques et les manipulations, Emmanuel Macron prônait aussi la création d’une “agence européenne de protection des démocraties” et l’interdiction du financement des partis politiques européens par des puissances étrangères.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below