May 7, 2019 / 8:32 AM / 5 months ago

Le sort du projet Montagne d'or tranché après juin, selon François de Rugy

L'avenir du projet minier de la Montagne d'or en Guyane sera tranché en conseil de défense écologique après le mois de juin, a annoncé mardi le ministre de la Transition écologique, François de Rugy (photo), au lendemain de l'annonce par Emmanuel Macron de mesures supplémentaires pour la biodiversité. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - L’avenir du projet minier de la Montagne d’or en Guyane sera tranché en conseil de défense écologique après le mois de juin, a annoncé mardi le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, au lendemain de l’annonce par Emmanuel Macron de mesures supplémentaires pour la biodiversité.

“A l’heure actuelle, ce que je sais du projet n’est pas compatible avec l’ambition que je viens de fixer” (en terme de biodiversité, NDLR), a déclaré le chef de l’Etat lundi en référence au projet controversé de mine d’or piloté par un consortium russo-canadien.

“Sur la Montagne d’or, j’ai prévu de me rendre en Guyane au mois de juin (...) Je veux aller sur place rencontrer aussi les communautés amérindiennes qui sont opposées à ce projet et ensuite nous serons amenés à prendre une décision”, a déclaré François de Rugy sur RTL.

La décision sera prise après le mois de juin en conseil de défense écologique, a-t-il précisé, tout en notant que le gouvernement prévoyait par ailleurs de réformer le code minier pour prendre en compte des exigences pour l’environnement.

Sur le modèle du conseil de défense, le “Conseil de défense de la transition écologique” présidé par le chef de l’Etat doit réunir dès mai le chef du gouvernement et les ministres concernés, sur des dossiers environnementaux.

“Il y a d’autres activités possibles en Guyane que l’exploitation de l’or, qui existe déjà et qui fait déjà beaucoup de dégâts, même si ce n’est pas une exploitation industrielle”, a estimé François de Rugy.

Pour le député Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot qui a démissionné du groupe La République en marche en février, “il faut l’abandonner purement et simplement (le projet)”.

“C’est un bon exemple qui pourrait montrer la concrétisation des déclarations de Macron”, a-t-il estimé sur Sud Radio, “on a su arrêter Notre-Dame-des-Landes, il faut savoir arrêter la Montagne d’or”.

Julie Carriat, édité par Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below