April 29, 2019 / 5:13 PM / 4 months ago

Macron et Merkel unis pour stabiliser les Balkans occidentaux

BERLIN (Reuters) - Emmanuel Macron et Angela Merkel ont affiché lundi, à l’occasion d’un sommet informel sur les Balkans occidentaux à Berlin, l’image d’un couple franco-allemand uni après les récents désaccords entre Paris et Berlin sur le Brexit et le climat.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont affiché lundi, à l'occasion d'un sommet informel sur les Balkans occidentaux à Berlin, l'image d'un couple franco-allemand uni après les récents désaccords entre Paris et Berlin sur le Brexit et le climat. /Photo prise le 29 avril 2019/REUTERS/Hannibal Hanschke

Tout sourire, le chef de l’Etat français et la chancelière allemande ont multiplié les gestes d’affection et les tapes dans le dos sous l’oeil des photographes et des caméras, avant un court entretien bilatéral.

“Je suis heureux d’être aujourd’hui à Berlin et de poursuivre les initiatives communes que nous menons sur plusieurs sujets”, a déclaré Emmanuel Macron lors d’une déclaration à la presse. “Il y a quelques semaines vous étiez à Paris pour qu’ensemble nous puissions discuter avec la Chine”.

“Aujourd’hui nous traitons ensemble d’un sujet européen au premier chef, je pense que c’est comme ça que nous concevons l’efficacité de la relation franco-allemande et notre volonté de faire ensemble”, a-t-il ajouté.

A ses côtés, Angela Merkel a insisté sur la volonté de travailler “ensemble” sur la problématique des Balkans.

Ces dernières semaines, des divergences entre Paris et Berlin sont apparues clairement, notamment lors du Conseil européen extraordinaire du 10 avril, sur la date à laquelle devait être reportée la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne - Emmanuel Macron plaidait pour un délai court, Angela Merkel pour une durée plus longue.

Quelques jours plus tard, le chef de l’Etat français marquait une nouvelle fois clairement sa différence avec Berlin en s’opposant à l’ouverture des négociations commerciales entre l’UE et les Etats-Unis, invoquant le retrait de Washington de l’accord de Paris sur le climat.

“LA VOLONTÉ DE TRAVAILLER ENSEMBLE”

La semaine dernière, interrogé sur les relations franco-allemandes à l’orée de l’acte II de son quinquennat, Emmanuel Macron avait déclaré assumer de ne pas toujours être sur la “même ligne” avec la chancelière allemande.

En dépit de ces positions différentes, la “volonté de travailler ensemble reste forte”, insiste un diplomate français. “Le seul fait que la chancelière et le président de la République organisent cette réunion avec les dirigeants des pays des Balkans montrent une volonté très nette de travailler ensemble sur ces sujets très sensibles”.

Outre Angela Merkel, Emmanuel Macron et la haute représentante de l’Union européenne Fédérica Mogherini, le sommet informel de ce lundi réunit l’ensemble des dirigeants des pays des Balkans (Serbie, Kosovo, Monténégro, Albanie, Macédoine du Nord, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Slovénie).

La relance du dialogue entre la Serbie et le Kosovo - ancienne province serbe qui a proclamé son indépendance en 2008 - est à l’ordre du jour de cette réunion organisée en parallèle des pourparlers menés par l’Union européenne interrompus depuis novembre.

Selon l’Elysée, Paris et Berlin souhaitent faire profiter de leur “expérience de réconciliation puis de coopération active” à des pays qui ont “encore aujourd’hui à surmonter ce contexte historique qui a été dans des conditions dramatiques ravivé dans les années 1990”.

Marine Pennetier à Paris, avec le bureau de Berlin, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below