April 24, 2019 / 3:07 PM / 8 months ago

Treize maires interpellent l'Etat sur l'accueil des migrants

La maire de Paris Anne Hidalgo. Treize maires de grandes villes dont les rues abritent des migrants ont demandé mercredi à être reçus par le gouvernement et l'appelent à garantir un hébergement digne pour tous. /Photo prise le 12 novembre 2018/REUTES/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Treize maires de grandes villes dont les rues abritent des migrants ont demandé mercredi à être reçus par le gouvernement et l’appelent à garantir un hébergement digne pour tous.

“Nous sommes confrontés à une tension de plus en plus forte sur les dispositifs de prise en charge”, écrivent les édiles, dont les maires de Paris, Anne Hidalgo, de Lille, Martine Aubry, ou encore de Grande-Synthe, Damien Carême, dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, et au ministre du Logement, Julien Denormandie.

Datée de mardi, la lettre a été présentée mercredi lors d’une conférence de presse à Paris.

Ils dénoncent “une situation humanitaire qui ne cesse de se dégrader, avec des femmes, des enfants, des hommes par centaines qui vivent dans des conditions indignes au coeur de nos ville faute de solutions adaptées”.

“Nous ne pouvons accepter plus longtemps cette situation indigne de nos valeurs et de la tradition humaniste de notre pays”, poursuivent les maires de Rennes, Troyes (le président de l’AMF François Baroin), Aubervilliers, Metz, Toulouse, Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, Nantes et Saint-Denis.

“Nous vous demandons de nous recevoir ensemble afin d’échanger sur le dispositif d’accueil et d’orientation des migrants et la mise à l’abri inconditionnelle des personnes présentes sur notre territoire puisque le droit impose que toute personne, même déboutée ou ‘dublinée’, soit prise en charge avant son hypothétique renvoi”.

Depuis la fin du dispositif hivernal le 1er avril et malgré la pérennisation de 6.000 places d’hébergement d’urgence, les associations alertent sur la situation humanitaire des exilés. A Paris, notamment porte de La Chapelle et porte d’Aubervilliers, quelque 1.300 personnes vivent dans des campements de fortune dehors selon la mairie.

Julie Carriat, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below