April 17, 2019 / 9:16 PM / 4 months ago

Force ouvrière claque la porte des concertations sur les retraites

Force ouvrière, le troisième syndicat de France, a annoncé mercredi qu'il suspendait sa participation aux concertations sur la réforme des retraites pour ne pas "cautionner de nouveaux reculs des droits". /Photo prise le 19 mars 2019/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Force ouvrière, le troisième syndicat de France, a annoncé mercredi qu’il suspendait sa participation aux concertations sur la réforme des retraites pour ne pas “cautionner de nouveaux reculs des droits”.

Depuis quelques semaines, l’exécutif entretient le flou sur la possibilité de décaler l’âge légal de départ à la retraite, aujourd’hui à 62 ans, pour financer de nouvelles dépenses comme celles de la dépendance.

Cette éventualité, qui suscite la colère de l’ensemble des syndicats, a poussé le haut-commissaire à la réforme, Jean-Paul Delevoye, à mettre sa démission dans la balance.

“L e terrible incendie qui a affecté la cathédrale Notre-Dame de Paris a empêché le président de la République de présenter les réponses qu’il entend apporter au Grand débat”, écrit le secrétaire général du syndicat, Yves Veyrier, sur le site internet de FO.

“Nous n’avons en conséquence que les quelques orientations générales présentées par le Premier ministre. Or, elles peuvent quasiment être réduites à l’antienne de la réduction de la dépense publique, au prétexte que les Français auraient exprimé une ‘exaspération fiscale’ et auraient ‘compris (...) qu’on ne peut pas baisser les impôts si on ne baisse pas la dépense publique’”.

Pour Force ouvrière, ce qui est “qualifié de ‘dépense publique’ est au contraire essentiel en matière de santé, d’éducation, de retraites, de lutte contre la pauvreté (...) autrement dit de protection sociale et de service public, donc de redistribution des richesses.”

Yves Veyrier dit refuser “une réforme des retraites mettant à bas l’existant pour un système universel à points, refus qui nous a conduits aujourd’hui à stopper notre participation à la concertation, ne voulant pas cautionner de nouveaux reculs des droits”.

Force ouvrière avait dès le début des concertations au printemps 2018, fait connaître son opposition à la mise en place d’un système unique en points, tel qu’annoncé par le président de la République.

Le syndicat a signifié son retrait des concertations à Jean-Paul Delevoye par courrier, confirme-t-on dans l’entourage du haut-commissaire.

Caroline Pailliez, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below