April 17, 2019 / 7:26 PM / 8 months ago

Macron lance le gigantesque chantier de reconstruction de Notre-Dame

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a lancé mercredi le gigantesque chantier de la reconstruction de Notre-Dame de Paris, partiellement détruite par les flammes lundi soir, pour lequel il a fixé un horizon de cinq ans jugé très ambitieux.

Emmanuel Macron a lancé mercredi le gigantesque chantier de la reconstruction de Notre-Dame de Paris, partiellement détruite par les flammes lundi soir, pour lequel il a fixé un horizon de cinq ans jugé très ambitieux. /Photo prise le 17 avril 2019/REUTERS/Charles

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a promis que chaque euro donné par les particuliers et les entreprises, dans le cadre d’une souscription nationale, serait dédié à cette seule tâche, après un conseil des ministres consacré au sauvetage de la cathédrale.

Le chef du gouvernement a annoncé qu’un avantage fiscal majoré pour les dons des particuliers jusqu’à 1.000 euros serait créé dans un projet de loi présenté la semaine prochaine en conseil des ministres.

Ce texte donnera un cadre légal à la souscription nationale et apportera des garanties de transparence et d’encadrement de la gestion des dons, une responsabilité confiée à un comité présidé par le premier président de la Cour des comptes et les présidents des commissions des Finances et de la Culture des deux assemblées.

“Chaque euro versé pour la reconstruction de Notre-Dame servira à cela, pas à autre chose”, a déclaré Edouard Philippe lors d’une conférence de presse, à l’Elysée.

COUP DE POUCE FISCAL

“Le projet de loi précisera que les Français qui effectueront un don pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris bénéficieront d’une réduction majorée de leur impôt sur le revenu, de 75% jusqu’à 1.000 euros et de 66% au-delà”, a-t-il ajouté.

Le régime normal pour les dons des particuliers est de 66%, dans la limite de 20% du revenu imposable.

Les entreprises bénéficieront des réductions d’impôts dites de mécénat dans les conditions actuelles : une réduction équivalente 60% du montant du don, avec un plafond de 0,5% du chiffre d’affaires. En cas de dépassement de ce seuil, les entreprises peuvent échelonner cet avantage fiscal sur cinq ans.

L’objectif de reconstruire Notre-Dame en cinq ans, annoncé mardi par Emmanuel Macron et jugé difficilement atteignable par des spécialistes, “c’est évidemment un défi immense”, a reconnu le Premier ministre.

Après une réunion des acteurs publics et catholiques impliqués dans la reconstruction, à l’Elysée, Stéphane Bern, chargé d’une mission “Patrimoine” par le chef de l’Etat, a souligné que le président avait “marqué sa volonté d’aller vite. Mais vitesse ne veut pas dire précipitation”.

Emmanuel Macron n’a pas exprimé de préférence sur le type de reconstruction, à l’identique ou avec d’autres matériaux, a-t-il précisé.

Edouard Philippe avait annoncé à l’issue du conseil des ministres qu’un concours d’architecture portant sur la reconstruction de la flèche serait organisé.

“Le concours international permettra de trancher la question de savoir s’il faut reconstruire une flèche, la flèche qui avait été pensée par Viollet-le-Duc à l’identique ou s’il faut, comme c’est souvent le cas dans l’évolution du patrimoine, doter la cathédrale Notre-Dame de Paris d’une nouvelle flèche adaptée aux techniques et aux enjeux de notre époque”, avait-il dit.

Concernant la flèche, a poursuivi Stéphane Bern, “c’est plutôt une reconstruction à l’identique mais peut-être qu’il y aura un projet architectural - la question est ouverte, a dit le président”.

L’Elysée a précisé mercredi par communiqué que “celle-ci ne faisant pas partie de la cathédrale d’origine, le Président de la République souhaite qu’une réflexion soit menée et qu’un geste architectural contemporain puisse être envisagé”.

UN GÉNÉRAL REPRÉSENTANT SPÉCIAL DE MACRON

Emmanuel Macron a nommé l’ancien chef d’Etat-major des Armées, le général Jean-Louis Georgelin, représentant spécial.

“C’est lui qui va piloter les opérations, qui va les diriger, on a tout de suite compris qu’il allait les diriger d’une main de maître, qu’il n’y avait pas de temps à perdre et qu’il voulait un premier état des lieux d’ici deux mois”, a dit Stéphane Bern.

L’incendie, qui a réduit en cendres la flèche et une grande partie de la toiture de la cathédrale gothique, a suscité une vague d’émotion nationale et internationale.

Les promesses de dons ont afflué, de la part d’entreprises, d’hommes d’affaires comme de particuliers, alimentant une polémique sur les grandes fortunes françaises, accusées de verser des centaines de millions d’euros afin de soigner leur image tout en bénéficiant d’une importante ristourne fiscale.

“Nous devons nous réjouir de ce que les personnes physiques très nombreuses et parfois très modestes, que des personnes physiques moins nombreuses et parfois très riches, que des entreprises souhaitent participer à l’effort de reconstruction”, a balayé Edouard Philippe.

La famille Pinault, actionnaire majoritaire du groupe Kering, a annoncé mercredi qu’elle renonçait à tout avantage fiscal lié au don de 100 millions d’euros annoncé la veille.

Jean-Baptiste Vey, avec Marine Pennetier et Myriam Rivet, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below