April 16, 2019 / 6:23 AM / 8 months ago

Macron souhaite que Notre-Dame de Paris soit reconstruite en cinq ans

PARIS (Reuters) - Pouvoirs publics, entreprises et citoyens ont lancé mardi la mobilisation générale en faveur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, en partie détruite par un violent incendie dont l’origine accidentelle est privilégiée par les enquêteurs.

Pouvoirs publics, entreprises et citoyens ont lancé mardi la mobilisation générale en faveur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, en partie détruite par un violent incendie dont l'origine accidentelle est privilégiée par les enquêteurs. /Photo prise le 16 avril 2019/REUTERS/Benoit Tessier

Emmanuel Macron, qui s’est adressé dans la soirée aux Français, a souhaité que sa reconstruction soit achevée d’ici cinq ans.

L’édifice gothique, immortalisé par la peinture, la littérature et le cinéma, a subi de lourds dommages dans ce brasier qui a fait mardi la Une des grands titres de la presse internationale, des Etats-Unis au Japon.

“Nous rebâtirons la cathédrale de Notre-Dame plus belle encore et je veux que cela soit achevé d’ici cinq années, nous le pouvons”, a déclaré le chef de l’Etat.

Le feu étant désormais éteint, les travaux de sécurisation ont débuté pour environ 48 heures afin de mettre au jour les failles du monument, dont la construction remonte à plus de huit siècles.

La flèche de la cathédrale, érigée par Eugène Viollet-le-Duc au XIXe siècle, s’est notamment effondrée lundi soir, endommageant la voûte qui est percée en trois endroits. Cinq immeubles d’habitation voisins ont été évacués temporairement.

“La voûte, a priori, devrait tenir, il faut rester très prudent”, a déclaré le ministre de la Culture, Franck Riester.

Si la structure tient bon, le pignon du transept Nord et une partie du beffroi Sud sont fragilisés.

Les pièces les plus précieuses du Trésor de la cathédrale - Sainte couronne d’épines et tunique de Saint-Louis, notamment - ont été mises à l’abri dès lundi soir au prix de manoeuvres risquées des pompiers, sous la menace des chutes de plomb fondu. Le reste du Trésor devait être transféré mardi ou mercredi au Louvre, selon Franck Riester.

UN SAUVETAGE IN EXTREMIS

Selon le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nunez, la sauvegarde de la cathédrale s’est jouée à 15-30 minutes près.

Les causes du sinistre, qui a soulevé un vent d’émotion et de solidarité mondial, restent pour l’heure inconnues. Selon les premiers éléments, le feu a pris dans la charpente de l’édifice, qui fait l’objet d’un programme de rénovation.

“J’indique très clairement que rien en l’état ne va dans le sens d’un acte volontaire”, a déclaré le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, lors d’un bref point de presse sur le parvis de Notre-Dame.

Les enquêteurs ont entendu mardi une trentaine de témoins, des employés des sociétés - au nombre de cinq - travaillant sur le chantier et des personnels chargés de la sécurité, selon le parquet de Paris.

Une première alerte incendie avait été donnée à 18h20 lundi, suivie d’une levée de doute infructueuse, puis une seconde à 18h43 lors de laquelle un feu a été constaté sur la toiture, a indiqué le procureur.

Les appels aux dons ont permis de lever plus de 750 millions d’euros en quelques heures, provenant de collectivités locales, dont la mairie de Paris, des plus grandes fortunes françaises et de fleurons de l’industrie nationale.

ÉLAN DE SOLIDARITÉ MONDIAL

La famille de l’homme d’affaires Bernard Arnault et sa société LVMH, “solidaires de cette tragédie nationale”, ont dit vouloir débloquer 200 millions d’euros. L’industriel François Pinault et son fils François-Henri (groupe Kering) avaient annoncé auparavant allouer 100 millions.

Au nombre des multiples annonces, sans précédent dans l’histoire patrimoniale française, Total consent un don de 100 millions d’euros, Martin Bouygues, PDG du groupe de BTP, et son frère Olivier se sont engagés à donner 10 millions d’euros.

L’élan de solidarité est mondial.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a appelé les vingt-huit Etats membres de l’Union européenne à appuyer les efforts de reconstruction. Le Saint-Siège a fait savoir sur Twitter que le pape priait “pour les catholiques français et la population parisienne”.

Cet événement sans précédent a comme suspendu le temps politique en France : Emmanuel Macron, qui devait annoncer lundi soir de premières réponses à la crise des “Gilets jaunes”, a reporté son intervention à une date indéterminée et la conférence de presse prévue mercredi à ce propos est annulée.

Le président a reçu mardi de nombreux appels, en particulier du président des Etats-Unis, Donald Trump, et de la chancelière allemande, Angela Merkel, et du pape François, selon l’Elysée.

Le conseil des ministres de mercredi sera entièrement consacré aux suites de l’incendie.

Les principaux partis français ont pour leur part décidé d’observer une trêve dans la campagne pour les élections européennes du 26 mai.

Simon Carraud avec Service France, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below