April 14, 2019 / 9:39 AM / 8 months ago

Le Pen met "localisme" et "juste échange" au coeur de son projet

PARIS (Reuters) - La présidente du Rassemblement national (RN), qui présentera lundi à Strasbourg son manifeste “pour une nouvelle coopération en Europe”, entend placer le “localisme” et le “juste échange” au coeur de son programme pour les élections européennes.

La présidente du Rassemblement national (RN), qui présentera lundi à Strasbourg son manifeste "pour une nouvelle coopération en Europe", entend placer le "localisme" et le "juste échange" au coeur de son programme pour les élections européennes. /Photo prise le 17 février 2019/REUTERS/Stéphane Mahé

Dans une interview au Parisien Dimanche, Marine Le Pen dit vouloir réconcilier économie et écologie grâce au “localisme”.

“Il s’agit de construire un système dans lequel ce qui vient de près coûte moins cher que ce qui vient de loin et ce, afin de réindustrialiser les territoires”, explique-t-elle.

Quant au “juste échange”, qu’elle oppose au libre-échange, il vise à réintégrer les exigences sociales et environnementales dans les échanges commerciaux internationaux, ajoute-t-elle.

“Nous considérons que le commerce ne doit pas obligatoirement passer par une recherche du moins-disant social ou environnemental”, souligne la dirigeante d’extrême-droite.

La liste RN arrive en deuxième position dans les intentions de vote aux européennes du 26 mai derrière celle du parti présidentiel, La République en Marche (LaRem), alliée au Mouvement démocrate (MoDem), qui fait la course en tête avec trois à quatre points d’avance, selon les enquêtes d’opinion.

Marine Le Pen dit vouloir adresser un “signal” au chef de l’Etat à l’occasion de ce scrutin. Elle juge par ailleurs “réalisable” le rassemblement les eurosceptiques dans un seul groupe au lieu de trois aujourd’hui, au Parlement européen.

“Je ne dis pas qu’avec les Polonais (du parti Droit et Justice) c’est facile. Mais l’union est un combat de tous les jours. Tout cela se déterminera après les élections en fonction du poids des uns et des autres”, dit-elle.

Elle fait au passage la leçon à sa nièce Marion Maréchal, rivale en puissance, qui qualifiait dans une récente interview d’”impasse électorale” le “positionnement populiste” et jugeait nécessaire de s’adresser aussi “à la classe moyenne et haute”, pas seulement aux classes populaires.

“Je crois qu’elle commet une erreur d’analyse”, réplique Marine Le Pen. “Le populisme (...) c’est le fait de défendre le peuple. Dans le peuple, il y a aussi les classes moyennes. Il y a même les classes supérieures. Reste que le rôle d’un dirigeant politique est d’aller au chevet de ceux qui en ont le plus besoin. C’est ça la grandeur d’un responsable politique.”

Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below