April 11, 2019 / 11:52 AM / 6 months ago

Philippe veut prévenir la radicalisation avec la délinquance

STRASBOURG (Reuters) - La lutte contre la radicalisation et la délinquance doivent participer des mêmes politiques publiques, a affirmé jeudi le Premier ministre Edouard Philippe, à l’issue d’un comité interministériel sur ces deux thèmes à Strasbourg.

La lutte contre la radicalisation et la délinquance doivent participer des mêmes politiques publiques, a affirmé jeudi le Premier ministre Edouard Philippe. /Photo prise le 8 avril 2019/REUTERS/Charles Platiau

La réunion, qui était aussi l’occasion de dresser un bilan du plan national de prévention de la radicalisation présenté le 23 février 2018 à Lille, avait lieu quatre mois après l’attentat terroriste qui avait fait cinq morts dans la capitale alsacienne, au moment du marché de Noël.

Edouard Philippe a évoqué le parcours de son auteur, Cherif Chekatt, signalé à huit ans par l’Education nationale, condamné dès 14 ans, emprisonné pour la première fois à 16 ans au point de cumuler, “à la fin de son parcours”, 24 condamnations et sept ans de prison sans compter des condamnations en Allemagne.

“Ce que met au jour son passage à l’acte, c’est l’incapacité collective des acteurs à freiner une dérive inquiétante, à freiner une dérive délinquante qui s’est, in fine, confondue avec un parcours de radicalisation”, a estimé Edouard Philippe.

Tout en dressant un bilan positif des actions menées depuis un an, il a annoncé “une nouvelle stratégie de prévention de la délinquance”. (pour des éléments voir)

Elle devra intervenir “plus tôt et plus vite” que l’âge de 12 ans jusqu’à présent ciblé et “être cohérente avec les autres politiques publiques portées par le gouvernement, les politiques de sécurité publique (…), de lutte contre la pauvreté, les stratégies de protection de l’enfance et de santé mentale”, a-t-il ajouté.

Il a annoncé une phase de concertation avec les élus locaux qui durera jusqu’à l’été avant une définition plus précise de cette nouvelle stratégie et de ses modalités de mise en œuvre.

Le Premier ministre, qui était entouré de huit de ses ministres, dont ceux de l’Intérieur, de la Justice, de l’Education nationale, des Droits des femmes et des Sports, s’est entretenu dans la matinée avec des membres d’une association de prévention de la délinquance du quartier du Neuhof, un quartier prioritaire de la ville où un gymnase accueillait la réunion interministérielle.

Il a également rencontré des éducateurs sportifs dont il a voulu “saluer l’engagement” dans la promotion des valeurs républicaines auprès des jeunes.

Dans la partie bilan, il évoqué la prévention dans les établissements scolaires, où plus de 1.000 atteintes à la laïcité ont été traités en un an, avec l’intervention dans 80% des cas d’équipes mises en place dans chaque académie (350 intervenants en soutien aux enseignants).

Il a rappelé que le gouvernement s’était opposé à l’ouverture de 15 établissements privés hors contrat et en avait fermé quatre autres, ainsi que sept lieux de culte et 89 débits de boisson, lors d’opérations ciblées sur des quartiers où les phénomènes de radicalisation sont particulièrement ancrés.

“Notre première priorité, c’est de ne pas laisser le champ libre aux foyers de radicalisation et de lutter pied à pied contre qui les animent”, a affirmé Edouard Philippe.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below