April 8, 2019 / 7:07 AM / 5 months ago

En direct: May contrainte de consulter le Parlement sur son report

LONDRES (Reuters) - La Première ministre Theresa May, qui poursuit ses difficiles tractations avec l’opposition travailliste, a formellement demandé aux Européens un report de la date du Brexit au 30 juin, tout en précisant que le départ du Royaume-Uni pourrait intervenir plus tôt, si l’accord de retrait était ratifié par le Parlement.

La Première ministre Theresa May, qui poursuit ses difficiles tractations avec l'opposition travailliste, a formellement demandé aux Européens un report de la date du Brexit au 30 juin, tout en précisant que le départ du Royaume-Uni pourrait intervenir plus tôt, si l'accord de retrait était ratifié par le Parlement. /Photo prise le 15 janvier 2019/REUTERS/Eddie Keogh

Ce délai supplémentaire doit lui permettre de convaincre la Chambre des Communes d’approuver l’accord de retrait négocié par Londres et Bruxelles. “Le Royaume-Uni propose que cette période s’achève le 30 juin 2019”, a écrit la dirigeante dans son courrier.

Au cours du week-end, May a réitéré sa volonté de quitter l’UE le plus rapidement possible. Elle a également observé que l’alternative était désormais claire pour le Royaume-Uni: sortir de l’Union européenne avec un accord ou ne pas quitter le bloc du tout.

Les dirigeants européens se réuniront mercredi soir en sommet extraordinaire à Bruxelles pour examiner la nouvelle demande de report formalisée par May. En l’état, et à défaut d’un accord dans l’intervalle, le Brexit est théoriquement programmé pour vendredi prochain.

Les principaux événements de la journée:

—-

23h59 - MAY CONTRAINTE DE CONSULTER LE PARLEMENT SUR SON REPORT

Le texte approuvé par la Chambre des Lords a été à son tour adopté dans la soirée par la Chambre des Communes. Il donne aux députés la possibilité d’effectuer des changements contraignants au projet de report mardi à l’occasion d’un débat de 90 minutes.

—-

20h50: La Chambre des Lords a approuvé lundi une proposition de loi donnant au Parlement le pouvoir d’examiner, voire de modifier, le projet de report du Brexit de Theresa May.

La Première ministre a demandé vendredi à l’Union européenne d’accepter un report du Brexit jusqu’au 30 juin.

La loi, qui est contestée par le gouvernement, doit être soumise dans la soirée à un nouveau vote de la Chambre des Communes.

—-

19h56: LE GOUVERNEMENT ENVISAGE UN DÉBAT MARDI SUR LE REPORT DU BREXIT

La ministre des Relations avec le Parlement, Andrea Leadsom, annonce qu’un débat de 90 minutes sur le projet de report du Brexit de Theresa May aura lieu mardi au Parlement si, comme attendu, la Chambre des Lords approuve lundi soir une loi obligeant la Première ministre à consulter les parlementaires sur la durée du délai qu’elle entend obtenir des Européens.

—-

19h15: LONDRES A PRIS LES MESURES LÉGALES REQUISES POUR PARTICIPER AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES

Le gouvernement britannique a pris les mesures requises par la loi pour assurer la participation du Royaume-Uni aux élections européennes du 26 mai, même s’il n’est pas “inévitable” que les Britanniques y participeront, annonce le porte-parole du 10, Downing Street.

“En tant que gouvernement responsable, nous avons pris les mesures nécessaires requises par la loi au cas où nous devrions participer”, dit-il dans un communiqué. “Cela ne rend pas ces élections inévitables, car quitter l’UE avant la date des élections retirera automatiquement notre obligation de participer.”

—-

19h01: LE GOUVERNEMENT N’A PAS ENCORE DONNÉ LES ENGAGEMENTS NÉCESSAIRES, DIT CORBYN

Le gouvernement britannique n’a pour l’instant pas donné au Parti travailliste les engagements nécessaires pour qu’il soutienne l’Accord de retrait de Theresa May, a déclaré le chef du Labour Jeremy Corbyn.

“Le problème est que le gouvernement ne semble pas bouger de ses lignes rouges initiales”, a dit Corbyn à la presse. “J’ai plaidé la cause d’une union douanière avec l’Union européenne, pour l’accès au marché, et en particulier la protection des droits des consommateurs, de l’environnement, et de ceux qui travaillent (...). Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu ces engagements”, a-t-il expliqué.

—-

18h04: DISCUSSIONS TECHNIQUES CE LUNDI SOIR ENTRE LABOUR ET TORIES

Des discussions techniques auront lieu ce lundi soir entre l’opposition travailliste et des représentants du gouvernement conservateur pour tenter de trouver un compromis sur un accord de Brexit, annonce un porte-parole de Theresa May.

“Nous avons été en contact avec l’opposition aujourd’hui et des discussions techniques entre responsables se tiendront dans la soirée”, a dit le porte-parole, qui a dit par ailleurs que Theresa May avait eu un échange de vues avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Le Labour a confirmé la tenue de ces discussions.

—-

17h18: LE GOUVERNEMENT MAY EN CONTACT AVEC LE LABOUR SUR LE BREXIT

Le gouvernement britannique est en contact avec le Labour et espère la tenue de nouvelles discussions avec ce parti d’opposition d’ici la fin de la journée de lundi, afin de trouver un compromis sur un accord de Brexit, déclare une porte-parole de Theresa May.

—-

17h11: BARNIER ESPÈRE UNE ISSUE POSITIVE AUX DISCUSSIONS ENTRE TORIES ET LABOUR

Le négociateur en chef de l’Union européenne sur le Brexit, Michel Barnier, a dit espérer que les discussions entre conservateurs et travaillistes à Londres aboutissent à une issue favorable, afin de permettre à son équipe d’agir “extrêmement rapidement” pour s’entendre sur les conditions de la relation future entre Royaume-Uni et Union européenne.

“Nous espérons tous que ces discussions se solderont par une issue favorable. Je l’ai dit à maintes reprises auparavant, nous pouvons être bien plus ambitieux dans notre relation future avec le Royaume-Uni”, a dit Barnier à Dublin lors d’une conférence de presse commune avec le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar.

“La déclaration politique prévoit une série de perspectives, au nombre desquelles une union douanière. Nous sommes prêts à clarifier cela si cela peut aider, et cela peut être fait extrêmement rapidement”.

—-

14h01: UN DÉPUTÉ TORY VEUT UNE MOTION DE CENSURE CONTRE MAY

Le vice-président d’une faction pro-Brexit du Parti conservateur, ERG (European Research Group), réclame la tenue d’un vote de censure d’ici mercredi à l’encontre de la Première ministre Theresa May, rapporte la chaîne de télévision Sky News.

“Je vous écris à titre personnel pour exprimer ma conviction profonde que Theresa May devrait désormais démissionner de la tête du gouvernement”, a déclaré Mark Francois dans une lettre au président du Comité 1922, groupe qui réunit tous les députés tories non membres du gouvernement.

“Nous ne pouvons tout bonnement pas continuer comme ça, avec une dirigeante affaiblie, un gouvernement divisé et un parti désespéré. Je pense que Theresa May a échoué dans sa mission à la tête de notre pays, qu’elle menace désormais de démolir”, estime-t-il dans sa lettre, que cite Sky News.

—-

12h28: MAY ESPÈRE UNE REPRISE DES DISCUSSIONS AVEC LE LABOUR

Theresa May a bon espoir que les discussions formelles avec l’opposition travailliste reprendront ce lundi pour tenter de sortir le Brexit de l’impasse, annonce un porte-parole de la Première minisre britannique.

La dirigeante conservatrice entend aboutir aussi vite que possible à un compromis susceptible de réunir une majorité autour de l’Accord de retrait mais, ajoute sa porte-parole, maintient son exigence d’un Royaume-Uni capable de définir sa propre politique commerciale. Les deux parties devront accepter des compromis, poursuit-elle.

—-

11h37: MAY VERRA MERKEL ET MACRON MARDI

Theresa May verra mardi Angela Merkel à Berlin et Emmanuel Macron à Paris.

La chancelière allemande a promis de se battre “jusqu’à la dernière minute” pour éviter un “no deal”, ce divorce sans accord qui inquiète les milieux économiques et nombre d’Européens. Mais son porte-parole, Steffen Seibert, précise que la cohésion entre les Vingt-Sept a toujours été importante depuis le début de la procédure de divorce engagées par Londres en mars 2017 et ajoute que les discussions de mardi entre Merkel et May se dérouleront “dans cette même veine”.

Le chef de l’Etat français la recevra à 18h00 (16h00 GMT)

—-

11h19: AUCUNE AVANCÉE POUR L’INSTANT, DIT LE LABOUR

L’opposition travailliste et le gouvernement de Theresa May n’ont pas réussi à trouver un moyen de se rapprocher d’un accord sur le Brexit, déclare le porte-parole du Labour pour les questions liées à ce dossier brûlant.

“Nous n’avons pas encore trouvé”, dit Keir Starmer. “Aucune discussion n’est pour le moment programmée mais je n’ai aucun doute que la situation va évoluer dans la journée”, ajoute-t-il.

Starmer indique indiqué que les négociateurs du Labour attendent toujours des éclaircissements de la part du gouvernement conservateur. “La balle est dans le camp du gouvernement.”

—-

10h41: LES DISCUSSIONS AVEC LE LABOUR NE SONT PAS FACILES, ADMET HUNT

Les discussions engagées avec l’opposition travailliste pour tenter de sortir de l’impasse sur le Brexit ne sont pas faciles, reconnaît le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt.

“Je ne peux pas vous dire si je suis très confiant ou pas confiant sur ces discussions avec le Labour”, ajoute le secrétaire au Foreign Office avant une réunion des ministres européens des Affaires étrangères.

“On ne peut pas entrer dans ces discussions avec des grosses lignes rouges sinon il ne sert à rien de discuter. Mais nous sommes très clairs sur le type de Brexit que nous voulons. C’est dans notre programme et nous l’avons affiché.”

—-

RADIOSCOPIE

L’opinion britannique plébiscite une réforme du système politique et une majorité veut un “dirigeant fort”.

—-

08h37: MOSCOVICI A “L’INTUITION” QU’IL N’Y AURA PAS DE “NO DEAL”

Invité sur franceinfo, le commissaire européen aux Affaire économiques, Pierre Moscovici, se déclare “persuadé” que le Royaume-Uni ne quittera pas l’Union européenne vendredi sans accord de retrait négocié, avant de tempérer ses propos.

“Je ne suis pas là pour donner une atmosphère catastrophiste, je suis persuadé que le ‘no-deal’ n’interviendra pas le 12 avril”, dit dans un premier temps l’ex-ministre français de l’Economie et des Finances.

Prié de préciser ses propos, Moscovici invoque par la suite une simple “intuition”: “J’ai parlé trop vite. Je vais corriger: je crois, j’espère qu’il n’y aura pas de sortie désordonnée”, rectifie-t-il, avançant deux raisons: un ‘no-deal’ serait “vraiment la plus mauvaise des solutions” et “n’est souhaité ni du côté européen, ni du côté britannique.”

—-

08h15: LES DISCUSSIONS AVEC LE LABOUR SE POURSUIVENT

Jeremy Wright, le ministre britannique de la Culture, indique que les discussions avec l’opposition travailliste vont se poursuivre ce lundi.

Ces négociations entre le gouvernement May et le Parti travailliste ont débuté mercredi dernier à l’initiative de la Première ministre britannique.

Constituant un virage à 180° dans la stratégie de la dirigeante conservatrice, il s’agit de définir les moyens de trouver enfin une majorité à la Chambre des communes sur l’Accord de retrait négocié avec Bruxelles et entériné fin novembre par les dirigeants européens et sur la Déclaration politique qui l’accompagne (un texte d’une trentaine de pages fixant le cadre des négociations de la future relation commerciale entre le Royaume-Uni et l’UE).

“Nous avons besoin que ces discussions se poursuivent et j’espère qu’elles aboutiront à une conclusion raisonnable”, ajoute Jeremy Wright devant les caméras de la BBC.

—-

08h10: SELON LA BBC, MAY S’APPRÊTE À BOUGER SUR L’UNION DOUANIÈRE

D’après la BBC, Theresa May pourrait proposer ce lundi à Jeremy Corbyn, le chef de file du Parti travailliste, un projet de maintien permanent du Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE après le Brexit.

Ce serait une évolution majeure de la part de la Première ministre britannique, qui a constamment exclu cette option afin de redonner à son pays la capacité de négocier seul des accords commerciaux avec des pays tiers.

C’est en revanche une des idées défendues par le Labour, qui a déploré au cours du week-end que le camp gouvernemental n’ait pas suffisamment bougé.

William James et les bureaux de Reuters en Europe; Henri-Pierre André, Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below