April 6, 2019 / 4:39 PM / 7 months ago

Brexit: Hammond optimiste sur un accord avec le Labour, qui veut des concessions

BUCAREST/LONDRES (Reuters) - Le gouvernement britannique a bon espoir de s’entendre avec l’opposition travailliste sur le Brexit pour sortir de l’impasse actuelle, a déclaré samedi matin le ministre des Finances du Royaume-Uni, Philip Hammond.

Le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, a déclaré samedi matin que les discussions se poursuivaient avec l'opposition travailliste sur le Brexit et il a dit s'attendre à ce qu'une forme d'accord soit conclu avec elle. /Photo prise le 3 avril 2019/REUTERS/Toby Melville

Le chef de file du Labour, Jeremy Corbyn, s’est montré plus prudent dans l’après-midi, disant attendre de voir bouger les lignes rouges fixées par la Première ministre Theresa May, selon des propos rapportés par un journaliste de la BBC.

“J’espère que nous allons pouvoir prendre une décision la semaine prochaine au Parlement pour éviter une sortie sans accord”, a-t-il dit.

Philip Hammond a assuré de son côté que le gouvernement ne s’était fixé aucune ligne rouge dans ses discussions avec le Labour.

“Les discussions avec le Parti travailliste se poursuivent”, a-t-il dit aux journalistes en marge d’une réunion à Bucarest des ministres des Finances de l’Union européenne. “J’ai bon espoir que nous parvenions à une forme d’accord avec le Labour.”

Vendredi soir, après plusieurs jours de discussions avec le gouvernement de Theresa May, les travaillistes avaient déploré que la Première ministre n’ait pas proposé de “changement ou de compromis véritable”.

Quant à la porte-parole du Labour sur les questions intérieures, Diane Abbott, elle a estimé samedi matin que les Tories devaient faire preuve de bonne volonté pour trouver un compromis sur les “lignes rouges” tracées par Theresa May lors des négociations avec l’Union européenne, notamment sur la question de l’union douanière dans laquelle les travaillistes souhaitent que le Royaume-Uni demeure.

“LETTRE DE SUICIDE” DES TORIES

“D’après moi, le gouvernement n’a pas bougé sur le concept de déclaration politique, qui est crucial”, a dit Diane Abbott au micro de la BBC-radio. “Le gouvernement doit peut-être se montrer un peu plus flexible qu’il ne semble l’avoir été jusqu’à présent”.

Philip Hammond s’est dit par ailleurs optimiste quant au sommet européen de mercredi sur le Brexit, car, selon lui, la majeure partie des pays de l’UE comprennent qu’il est nécessaire d’accorder un nouveau délai pour que le retrait du Royaume-Uni s’effectue de façon ordonnée.

“La plupart de mes homologues, avec qui j’ai parlé, acceptent que nous ayons davantage de temps pour boucler le processus”, a dit Hammond.

La Première ministre britannique a écrit cette semaine aux dirigeants européens pour leur demander de reporter au 30 juin la date du Brexit, normalement fixée au 12 avril.

Nombreux sont ceux, au sein du Parti conservateur, qui sont de plus en plus préoccupés par la perspective d’un nouveau report, car cela impliquerait que le Royaume-Uni prenne part aux élections européennes des 23-26 mai.

“Faire campagne pour les élections européennes, que ce soit pour le Parti conservateur ou même le Labour, et avoir à expliquer à nos électeurs pourquoi nous n’avons pas pu faire le Brexit, voilà qui serait une menace existentielle”, a dit à la BBC-radio Nadhim Zahawi, secrétaire d’Etat britannique chargé de l’Education.

“J’irais même jusqu’à dire(...) que cela constituerait la lettre de suicide du Parti conservateur”, a-t-il continué.

Eric Faye et Tangi Salaün pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below