April 3, 2019 / 11:12 AM / 5 months ago

Un projet d'attaque contre une école déjoué, deux arrestations

PARIS (Reuters) - Deux hommes d’une vingtaine d’années ont été mis en examen et placés en détention provisoire dans le cadre d’une enquête sur un projet d’action violente contre un établissement scolaire et un policier, a-t-on appris mercredi de sources proches de l’enquête.

L’enquête avait été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) le 22 mars. Les deux hommes ont été arrêtés et placés en garde à vue le 25 mars. L’enquête a abouti le 29 à l’ouverture d’une information judiciaire et les deux hommes ont été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, précise le parquet de Paris.

Selon des sources policières et proches de l’enquête, le principal suspect souffre de troubles psychiatriques. Il envisageait de s’attaquer à une maternelle et à un policier de Seine-et-Marne qui l’avait arrêté dans un dossier de droit commun.

L’homme se présente en admirateur de Mohamed Merah, qui a tué de sang-froid en mars 2012 trois militaires, trois écoliers juifs et le père de deux d’entre eux, à Toulouse et Montauban avant d’être abattu par la police. Son frère aîné, Abdelkader, est pour sa part jugé actuellement en appel à Paris.

Le deuxième homme arrêté le 25 mars, un ami du premier, est soupçonné d’avoir au moins été au courant de son projet et d’avoir cherché une ou des armes, dit-on de source policière et de source proche de l’enquête.

Aucun document, arme ou explosif n’a été trouvé à ce stade lors des perquisitions effectuées par les enquêteurs, ajoute-t-on de mêmes sources.

L’un des deux hommes était inscrit au fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) et suivi par la DGSI, précise-t-on de source proche de l’enquête.

“Même si ni l’un ni l’autre ne semble partager l’idéologie islamiste radicale ni ne fréquente cette mouvance, le suspect principal a pu être sensible à cette idéologie”, ajoute-t-on de même source. “Il a conçu et évoqué des projets d’action violente contre des écoles et des policiers et sa détermination à passer à l’acte est clairement établie.”

“Si aucun projet précis n’a été mis au jour, sa très grande instabilité psychologique justifiait que les deux interpellations soient déclenchées sans tarder”, explique cette source proche de l’enquête.

Emmanuel Jarry et Service France, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below