March 31, 2019 / 3:56 PM / in 5 months

Xavier Bertrand veut l'âge de la retraite à 65 ans après 2030

L'ancien ministre du travail et de la Santé et président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand s'est prononcé dimanche pour un report de trois ans à terme de l'âge légal de départ à la retraite, fixé actuellement à 62 ans. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - L’ancien ministre du travail et de la Santé et président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand s’est prononcé dimanche pour un report de trois ans à terme de l’âge légal de départ à la retraite, fixé actuellement à 62 ans.

L’actuelle ministre de la Santé Agnès Buzyn avait évoqué, à titre personnel, une possibilité de report à 65 ans de l’âge autorisé de départ à la retraite dans le cadre de la réforme en cours de négociation entre le gouvernement et les syndicats, avant que le gouvernement ne fasse marche arrière.

“Soixante-quatre ans pour commencer, 65 ans à terme”, a déclaré Xavier Bertrand. “Et quand je dis 64 ans, on commencerait à partir du 1er janvier 2020 à travailler deux à trois mois de plus par an, c’est-à-dire qu’on ne serait à 64 ans qu’à l’horizon 2028-2030 et, si l’espérance de vie continue à bien progresser, (...) on serait à 65 ans, quatre ans après.”

L’ex-Les Républicains (LR, droite) a estimé que des “correctifs” pénibilité devraient être apportés pour les métiers “très fatigants” comme le travail sur les chantiers et pour les femmes, qui ont globalement des salaires inférieurs aux hommes et donc des retraites plus faibles.

Il a également estimé nécessaire de garantir le niveau de vie des retraités “pour chaque génération”, et donc d’indexer les retraites sur l’inflation et d’inscrire cette “règle d’or” dans la Constitution.

Le gouvernement réfléchit à une réindexation des retraites les plus modestes sur l’inflation à la suite des revendications exprimées lors du “Grand débat national” lancé à la suite du mouvement des “Gilets jaunes”.

Xavier Bertrand a aussi proposé d’inscrire dans la Constitution l’interdiction “de financer la protection sociale par de la dette”.

Danielle Rouquié, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below