March 29, 2019 / 3:35 PM / 8 months ago

Le logeur de djihadistes du 13 novembre lourdement condamné

Xavier Nogueras, l'avocat de Jawad Bendaoud. Jawad Bendaoud, qui avait procuré un logement à l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre 2015, Abelhamid Abaaoud, a été condamné vendredi à quatre ans de prison ferme. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - Jawad Bendaoud, qui avait procuré un logement à l’organisateur présumé des attentats du 13 novembre 2015, Abelhamid Abaaoud, a été condamné vendredi à quatre ans de prison ferme.

Ce délinquant récidiviste était jugé par la cour d’assises de Paris pour les faits de “soustraction à l’arrestation ou aux recherches d’auteurs ou complices d’acte de terrorisme”, a annoncé le parquet général de Paris dans un communiqué. Il est également condamné à cinq ans d’interdiction des droits civiques et civils.

Les faits reprochés concernent la mise à disposition par Jawad Bendaoud, contre rémunération, d’un squat à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) au profit de trois djihadistes en fuite impliqués dans les attentats du 13 novembre, Abelhamid Abaaoud, Chakib Akrouh et Hasna Aït Boulahcen.

Le tribunal correctionnel de Paris l’avait relaxé le 14 février faute de preuve qu’il ait fourni en connaissance de cause un hébergement aux auteurs de cette tuerie qui a fait 130 morts et plus de 400 blessés.

Le parquet de Paris avait aussitôt dit, à l’issue de ce premier procès, qu’il ne partageait pas l’analyse du tribunal et faisait appel. Quelque 681 parties civiles en ont fait autant.

La cour d’appel a par ailleurs confirmé la condamnation prononcée en premier ressort à l’encontre de Youssef Aït Boulahcen, qui se fait désormais appeler Youssef Assalam, pour les faits de non-dénonciation de crime terroriste commis du 15 au 16 novembre 2015.

Ce dernier, cousin d’Abaaoud et frère d’une jeune femme qui avait servi d’intermédiaire et a péri avec les deux djihadistes dans l’assaut donné par la police au squat de Saint-Denis, le 18 novembre 2015, est condamné à quatre ans de prison.

Le tribunal correctionnel de Paris avait aussi condamné à cinq de prison Mohamed Soumah, un revendeur de drogue qui a également servi d’intermédiaire, pour soustraction aux recherches et à l’arrestation d’auteurs d’attentats qui ont fait 130 morts et plus de 400 blessés.

Caroline Pailliez, avec Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below