March 29, 2019 / 11:00 AM / 7 months ago

Agnès Varda, pionnière de la Nouvelle Vague, est décédée

La cinéaste Agnès Varda est décédée vendredi à l'âge de 90 ans à son domicile de la rue Daguerre, à Paris, a-t-on appris auprès de Ciné-Tamaris, la société de production consacrée à ses films. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - La cinéaste Agnès Varda est décédée vendredi à l’âge de 90 ans des suites d’un cancer à son domicile de la rue Daguerre, à Paris, a-t-on appris auprès de Ciné-Tamaris, la société de production consacrée à ses films.

Née le 30 mai 1928 à Bruxelles, en Belgique, elle s’est imposée en 1962 comme réalisatrice emblématique de la Nouvelle vague avec le film “Cléo de 5 à 7”, avant de multiplier les succès critiques, dont “L’une chante, l’autre pas” (1977) et de créer à partir des années 2000 des documentaires à mi-chemin avec les arts visuels, comme “Les Glaneurs et la Glaneuse”.

En 2017 encore , dans “Visages, Villages”, elle arpentait la France en camionnette avec l’artiste JR.

“Bouleversé, accablé, endeuillé : ces sentiments qui accompagnent la certitude que nous venons de perdre l’une des plus grandes artistes de notre époque. Agnès Varda, je vous témoigne mon respect, ma reconnaissance et mon admiration”, a écrit sur Twitter le ministre de la Culture, Franck Riester.

Dans son dernier film en forme de leçon de cinéma, “Varda par Agnès”, sorti cette année, elle revenait sur sa carrière et son statut de pionnière, notamment à la sortie de son premier long-métrage, “La Pointe courte”, en 1954 .

“Il y avait très peu de femmes réalisatrices”, a-t-elle reconnu lors d’une conférence de presse. “Quand j’ai fait ce film, ce qui m’intéressait, ce n’était pas de dire ‘je suis une femme réalisatrice’, c’était de faire un film radical.”

Compagne du cinéaste Jacques Demy (décédé en 1990), elle a élevé avec lui deux enfants et partagé nombre de projets artistiques.

Honorée d’un Oscar pour l’ensemble de sa carrière à Los Angeles en 2017, elle défendait une oeuvre libre, loin des contraintes financières des blockbusters d’Hollywood.

“Ce qui me plaît c’est de réfléchir à de nouvelles façons de communiquer, de surprendre, d’émouvoir. Mes films n’ont pas généré d’argent, mais des souvenirs. Ils ne sont pas oubliés”, disait-elle dans une interview au Monde.

Julie Carriat, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below