March 26, 2019 / 1:30 PM / 5 months ago

Les Galeries Lafayette veulent réinventer le commerce sur les Champs Elysées

PARIS (Reuters) - Les Galeries Lafayette s’apprêtent à ouvrir sur les Champs Elysées leur 3e magasin parisien, avec pour objectif de profiter du gigantesque trafic de la célèbre avenue et d’attirer la clientèle parisienne avec un nouveau modèle commercial.

Les Galeries Lafayette s'apprêtent à ouvrir sur les Champs Elysées leur 3e magasin parisien (en photo), avec pour objectif de profiter du gigantesque trafic de la célèbre avenue et d'attirer la clientèle parisienne avec un nouveau modèle commercial. /Photo prise le 26 mars 2019/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le magasin, installé dans un immeuble art déco en lieu et place d’un ancien “Virgin Megastore”, a fait l’objet d’un vaste réaménagement imaginé par l’architecte danois Bjarke Ingels, comportant notamment d’immenses cubes de verre suspendus au-dessus d’un hall cathédrale rendu à la lumière naturelle.

Sur quatre niveaux et 6.500 mètres carrés de surface commerciale, l’offre rompt radicalement avec le modèle des concessions qui prévaut dans la plupart des grands magasins.

Ici, pas de “corners” ou “boutiques” de marques opérant de façon indépendante et reversant une partie de leur chiffre d’affaires au grand magasin, mais une sélection pointue parmi 650 marques présentées sous l’identité visuelle du magasin.

Les stocks sont majoritairement détenus par les Galeries Lafayette qui opèrent la sélection des produits même lorsqu’elles n’en sont pas propriétaire.

Les quelque 300 vendeurs, rebaptisés “personnal stylists”, sont tous employés du grand magasin et non des marques.

“Nous avons souhaité créer un lieu de commerce et de vie, un lieu de destination avec une nouvelle approche”, a déclaré à la presse Nicolas Houzé, directeur général des Galeries Lafayette.

Le magasin, qui attend de 10.000 à 15.000 visiteurs par jour (60.000 à 80.000 sur le boulevard Haussmann), vise à la fois les touristes étrangers et la clientèle française, notamment les consommateurs des très nombreux bureaux du quartier.

Le montant de l’investissement n’a pas été rendu public.

Le sous-sol est dédié à l’alimentation, inspiré du concept de “food court”. Le rez-de chaussée accueille des installations - Chanel inaugurera l’ouverture - et une offre de beauté.

“UN MAGASIN QUI PARLE AUX PARISIENS”

Les premier et deuxième étages sont dédiés à la mode et aux accessoires, sacs, chaussures, lunettes et bijoux. Un café accueille les visiteurs sous les marches d’un escalier en verre donnant sur l’avenue. Un restaurant est prévu en mai.

Parmi les marques, les grands noms comme Gucci ou Balenciaga, propriétés de Kering, Fendi ou Loewe, détenues par LVMH, côtoient de petits labels comme Rouje, Mara Hoffman ou Molly Goddard.

“Nous avons voulu un magasin qui parle aussi aux Parisiens, qu’il faut faire revenir sur les Champs Elysées”, a plaidé Nicolas Houzé.

Bruno Lemaire, ministre de l’Economie, a salué une entreprise qui “participe à la réinvention des Champs Elysées, partie du patrimoine culturel français et (...) qui sont plus forts que toutes les violences que certains voudraient leur infliger”.

L’avenue a été à plusieurs reprises le théâtre de violences et de saccages lors des manifestations des “Gilets jaunes”.

Le magasin, ancien siège d’une banque américaine et propriété du Qatar, ne dispose pas de vitrines sur l’avenue.

Les Champs Elysées, sur lesquels passent 300.000 visiteurs chaque jour, dont plus de 40% de touristes, constituent une vitrine à la fois prestigieuse et très rentable malgré des loyers qui comptent parmi les plus chers du monde.

4E ARTÈRE LA PLUS CHÈRE DU MONDE

A 14.000 euros annuels le mètre carré en moyenne - les prix peuvent grimper du côté ensoleillé, celui des Galeries Lafayette - les Champs Elysées sont la 4e artère la plus chère derrière Causeway Bay à Hong Kong, la 5e Avenue à New York et New Bond Street à Londres, selon le cabinet Cushman & Wakefield.

Les Galeries Lafayette, propriété de la famille Moulin, comptent 56 magasins en France (dont 27 en franchise) et cinq à l’international.

Le groupe qui détient également le BHV Marais, ouvrira aussi cette année un 4e magasin parisien, dans le centre commercial de Beaugrenelle, dans le 15e arrondissement, ainsi que la première franchise du “concept store” de restauration italienne “Eataly”.

A l’étranger, trois nouveaux magasins sont prévus à Shanghai - le deuxième de l’enseigne en Chine après celui de Pékin - Doha au Qatar et au Luxembourg.

Le groupe a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 4,5 milliards d’euros, stable par rapport à 2017. Le seul magasin du boulevard Haussmann a quant à lui vu ses ventes grappiller 2% l’an dernier, à 2,0 milliards d’euros, pénalisé en décembre par le mouvement des “Gilets jaunes”.

L’arrivée des Galeries Lafayette sur les Champs Elysées s’inscrit dans un mouvement général de rénovation et de montée en gamme, au détriment des cinémas, des marques de grande diffusion et des constructeurs automobiles.

Les fontaines du rond point ont été habillées par les designers Ronan et Erwan Bouroullec, Apple s’est installé au 114, le joaillier Bulgari (LVMH) a ouvert au 136, et Dior Couture, autre marque du géant mondial du luxe, devrait s’installer côté impair, à proximité du Drugstore Publicis.

LVMH avait été un des pionnier à investir les lieux avec l’ouverture de son “flaship” Louis Vuitton, en 2005.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below