March 23, 2019 / 10:08 AM / 7 months ago

L'EI définitivement vaincu en Syrie, proclament les FDS

BEYROUTH (Reuters) - Le groupe Etat islamique (EI) a perdu son dernier bastion syrien à Baghouz et a été définitivement vaincu en Syrie, ont annoncé samedi les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance arabo-kurde soutenue par les puissances occidentales.

Le drapeau des Forces démocratiques syriennes (FDS) à Baghouz. Le groupe Etat islamique a perdu son dernier bastion syrien à Baghouz et a été définitivement vaincu en Syrie, ont annoncé samedi les FDS. /Photo prise le 23 mars 2019/REUTERS

“Baghouz a été libérée. La victoire militaire sur Daech a été remportée”, a écrit sur Twitter Mustafa Bali, porte-parole des FDS.

“Le soi-disant califat a été totalement éliminé. Nous renouvelons notre promesse de poursuivre le combat et de pourchasser leurs derniers combattants jusqu’à leur élimination”, ajoute-t-il.

“Nous annonçons aujourd’hui la destruction de l’organisation Etat islamique et la fin du contrôle qu’elle exerçait sur sa dernière poche de territoire, à Baghouz”, a déclaré lors d’une cérémonie de victoire Mazloum Abdi, commandant en chef des FDS. Un orchestre a joué l’hymne national américain.

Le commandement général des FDS a promis de poursuivre les opérations militaires pour éliminer les cellules dormantes de l’EI. Il a appelé le régime syrien à reconnaître l’administration autonome qui dirige les zones aux mains des FDS dans le nord-est de la Syrie et demandé à la Turquie de retirer ses troupes du nord du pays.

Donald Trump s’est félicité samedi que la totalité du territoire de l’EI ait été “libéré”. Les Etats-Unis “vont rester vigilants (...) afin d’éradiquer l’Etat islamique partout où il est actif”, ajoute le président dans un communiqué.

“Nous avons encore beaucoup à faire”, avait estimé un peu plus tôt le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo. La France et la Grande-Bretagne qui, comme Washington, soutiennent les FDS, ont également salué la prise de Baghouz.

VICTIMES CIVILES

Emmanuel Macron a souligné la “détermination” des armées de la coalition internationale qui a permis de faire tomber le “dernier bastion de Daech” mais a également estimé que la lutte contre les groupes terroristes devait continuer.

Au cours des deux derniers mois, près de 60.000 personnes ont fui la région de Baghouz, ville situé sur le cours de l’Euphrate, dans l’est de la Syrie, après avoir vécu dans des conditions épouvantables.

Les intenses bombardements qui visaient à déloger les combattants de l’EI ont fait de nombreuses victimes parmi les civils également confrontés à la faim.

La prise de Baghouz marque le couronnement de quatre années d’efforts internationaux pour venir à bout des djihadistes, même si leurs actes de guérilla, menés à partir de leurs réduits des zones désertiques plus à l’Ouest, restent menaçants. Quant à Abou Bakr al Baghdadi, chef de l’EI et calife autoproclamé, il reste introuvable.

Selon les Etats-Unis, il serait caché en Irak, pays où il s’est proclamé calife d’un territoire alors immense situé de part et d’autre de la frontière irako-syrienne.

La menace de l’EI persiste dans d’autres régions du monde, en Afghanistan et au Nigeria notamment, où les émanations locales du groupe créé par Al Baghdadi continuent de sévir contre des civils ou des représentants de l’Etat.

Tom Perry et Angus McDowall, avec Caroline Paillez à Paris; Nicolas Delame, Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below