March 20, 2019 / 6:07 PM / 5 months ago

Syrie: Paris attend toujours des "réponses" de Washington, selon Le Drian

PARIS (Reuters) - La France n’a toujours pas obtenu des Etats-Unis les réponses nécessaires au maintien de sa présence militaire en Syrie, a déclaré mercredi Jean-Yves Le Drian, qui précise que les modalités du futur engagement américain restent en suspens.

La France n'a toujours pas obtenu des Etats-Unis les réponses nécessaires au maintien de sa présence militaire en Syrie, a déclaré mercredi Jean-Yves Le Drian, qui précise que les modalités du futur engagement américain restent en suspens. /Photo prise le 12 septembre 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Lors d’une audition devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, le chef de la diplomatie française a assuré que la défaite territoriale de l’Etat islamique adviendrait “dans quelques jours”.

Pour autant, le plan américain est toujours au stade de la réflexion et la ministre française des Armées, qui s’est rendue lundi à Washington pour un entretien avec Patrick Shanahan qualifié de déterminant par son entourage, est rentrée en partie bredouille, a laissé entendre le ministre des Affaires étrangères.

Florence Parly s’est notamment entretenue avec le secrétaire américain à la Défense par intérim des conditions de retrait des forces américaines, annoncé en décembre dernier par Donald Trump, et de la future “force d’interposition” dont Washington peine à définir les contours. Elle s’est dite confiante sur “le fait qu’à la fin, nous arriverons à une bonne décision”.

“Mme Parly s’est rendue aux Etats-Unis (...) pour commencer à discuter avec les Américains et essayer d’avoir des réponses à différentes questions : si d’aventure le dispositif militaire américain se maintient, quels seront les contours de sa présence, quelle sera la mission, quelles seront les capacités, quelle sera la présence au sol?”, a relaté Jean-Yves Le Drian.

“Nous n’avons pas encore ces réponses-là, et c’est en fonction des réponses qui seront apportées à ces questions que dépendra notre capacité politique à poursuivre le combat contre Daech”, a-t-il poursuivi.

“C’est sur les bases d’informations que nous n’avons pas encore (...) que le président de la République déterminera le moment venu l’éventualité d’une contribution française. Nous en sommes là”, a ajouté le ministre.

Emmanuel Macron s’est entretenu mardi par téléphone avec le président américain de la situation en Syrie, notamment, a fait savoir mercredi l’Elysée.

Quelque 1.200 militaires français sont engagés au Levant dans les rangs de la coalition antiterroriste (appui aérien, forces spéciales, artillerie, formation en Irak).

“La défaite territoriale de Daech se confirme. (...) Tout nous laisse à penser que la défaite définitive pourra être annoncée dans quelques jours”, a affirmé Jean-Yves Le Drian.

Mais, a-t-il poursuivi, “cela ne veut pas dire qu’on en a fini contre Daech, qui continuera de menacer notre pays, en Irak, au Levant, avec un mode d’action nouveau, un mode d’action asymétrique à partir d’une situation de clandestinité en grande partie.”

Saluant le “courage” et la “persévérance” de l’alliance arabo-kurde des Forces de défense syriennes (FDS), fer de lance du combat contre l’EI au côté de la coalition internationale, Jean-Yves Le Drian a répété qu’il était “inenvisageable” pour la France de les “abandonner”.

Sophie Louet avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below