March 18, 2019 / 6:14 PM / 7 months ago

Le nouveau préfet de police bien accueilli par des policiers

Le remplacement du préfet de police de Paris, Michel Delpuech (photo), après les violences qui ont marqué le 18e samedi de mobilisation des "Gilets jaunes" dans la capitale a été plutôt bien accueilli lundi par des syndicats de policiers. /Photo prise le 16 octobre 2018/REUTERS/Pascal Rossignol

PARIS (Reuters) - Le remplacement du préfet de police de Paris, Michel Delpuech, après les violences qui ont marqué le 18e samedi de mobilisation des “Gilets jaunes” dans la capitale a été plutôt bien accueilli lundi par des syndicats de policiers.

Pour le secrétaire général d’Alliance Police nationale, Jean-Claude Delage, et son homologue d’Alternative Police-CFDT, Denis Jacob, ce remplacement, annoncé par le Premier ministre, Edouard Philippe, n’est pas une surprise.

Bien que leurs organisations soient de sensibilités politiques différentes, ils voient l’un et l’autre dans la nomination de Didier Lallement le signe d’une “nouvelle dynamique”.

“La nomination de M. Lallement, qui connaît bien le ministère de l’Intérieur, est un signal”, a dit à Reuters Jean-Claude Delage, pour qui, cependant, “cela ne suffira pas à régler tous les problèmes”.

Pour Denis Jacob, Michel Delpuech, en tant que patron de la police parisienne, assume par son départ la responsabilité des dysfonctionnements qui ont conduit au regain de violences de samedi dans la capitale.

“L’arrivée de Didier Lallement, bien connu par les syndicats de police pour ses passages antérieurs au ministère de l’Intérieur, est saluée”, a-t-il ajouté. “Sa prise de fonction doit être le signe d’une nouvelle dynamique afin de mener à bien la réforme de la préfecture de police.”

Denis Jacob souhaite qu’il fasse montre d’une “très grande fermeté dans la gestion du maintien de l’ordre” à Paris.

“Alternative Police-CFDT ne doute pas que Didier Lallement saura insuffler une nouvelle ère au sein de la préfecture de police, notamment en prenant en compte la nécessité d’améliorer profondément les conditions de travail des policiers franciliens”, conclut-il.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below