March 16, 2019 / 2:22 PM / 7 months ago

Le PS se range officiellement derrière Glucksmann

PARIS (Reuters) - Les cadres du Parti socialiste se sont résolus samedi à faire liste commune avec le mouvement Place publique de l’essayiste Raphaël Glucksmann, auquel ils laissent la première place, aux élections européennes du 26 mai en dépit des réticences suscitées en interne par ce ralliement.

Les cadres du Parti socialiste se sont résolus samedi à faire liste commune avec le mouvement Place publique de l'essayiste Raphaël Glucksmann, auquel ils laissent la première place, aux élections européennes du 26 mai en dépit des réticences suscitées en interne par ce ralliement. /Photo prise le 12 octobre 2018/REUTERS/Tomas Bravo

C’est la première fois que le PS, autrefois hégémonique à gauche, se présente à un scrutin européen sous d’autres couleurs que les siennes.

Les quelque 300 membres du conseil national socialiste, réunis à la Maison de la Chimie, à Paris, ont entériné un accord passé cette semaine entre Raphaël Glucksmann, cofondateur du jeune mouvement Place publique, et Olivier Faure, premier secrétaire du PS depuis près d’un an.

“C’est une rupture avec le passé, mais ce n’est pas un effacement”, a déclaré ce dernier lors d’un discours de clôture.

Place publique et le PS plaident chacun pour le rassemblement - hors France insoumise - de toute la gauche, aujourd’hui en morceaux, mais ils se sont tous deux heurtés au refus opposé notamment par Europe écologie-Les Verts et le parti Génération.s, fondé par l’ex-socialiste Benoît Hamon.

Raphaël Glucksmann a annoncé vendredi la constitution d’une liste qui, espère-t-il, finira par attirer les réfractaires.

“Il n’est pas socialiste, il ne connaît pas l’histoire de tous nos congrès, son expression peut parfois nous heurter, mais le rassemblement, (...) c’est toujours commencer par accepter cette idée simple que les différences nous enrichissent”, a justifié Olivier Faure lors de son discours.

L’ambition affichée par le député de Seine-et-Marne est de faire de cette liste d’alliance la première à gauche au soir des élections du 26 mai.

L’idée de confier le destin du PS à une personnalité extérieure rebute de nombreux cadres, à commencer par Stéphane Le Foll, ex-ministre de l’Agriculture et ancien bras droit de François Hollande, qui a annoncé vendredi sa démission du bureau national, principale instance dirigeante du parti.

Seul, le PS était jusqu’à présent crédité d’environ 5% des intentions de vote, le minimum requis pour obtenir des sièges au Parlement européen.

Simon Carraud, édité par Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below