March 13, 2019 / 3:41 PM / 5 months ago

Opération "camembert au lait cru" à l'Assemblée nationale

PARIS (Reuters) - Cinq cent soixante-dix-sept camemberts au lait cru ont été déposés mercredi dans les boîtes aux lettres des députés français dans le cadre d’une opération visant à défendre la recette de cet emblématique produit du terroir tricolore.

Cinq cent soixante-dix-sept camemberts au lait cru ont été déposés mercredi dans les boîtes aux lettres des députés français dans le cadre d'une opération visant à défendre la recette de cet emblématique produit du terroir tricolore. /Photo prise le 12 mars 2019/REUTERS/Gonzalo Fuentes

“Non au camembert pasteurisé. Oui au lait cru pour tous”, peut-on lire sur l’étiquette où figurent les visages des deux personnalités à l’origine de l’action : le député MoDem du Loiret Richard Ramos et la présidente de l’association Fromages de Terroirs, Véronique Richez-Lerouge.

“Le goût du terroir avant le profit !”, est-il écrit au centre de la boîte ronde renfermant un odorant fromage au lait cru de Normandie moulé à la louche bénéficiant de l’appellation d’origine protégée (AOP).

Un modèle remis en cause par une révision du cahier des charges des AOP prévue pour 2021 qui permettra à un fromage pasteurisé d’arborer le label, au même titre que les camemberts fabriqués de façon traditionnelle.

“Les 577 députés, c’est 577 morceaux de France et l’ensemble des 577 députés français, c’est la France”, a dit à Reuters Richard Ramos après la distribution des camemberts qui ont parfumé les couloirs du Palais-Bourbon et déclenché quelques piques-niques improvisés dans les bureaux des parlementaires.

“Le lait cru, c’est le goût de la vache, le goût de son lait, le goût de son terroir.”

“C’EST LA MORT DU CAMEMBERT”

Pour Véronique Richez-Lerouge, ce combat contre la standardisation est une question de crédibilité pour le label AOP, spécificité française qui permet à un camembert d’être vendu plus cher qu’un fromage standard.

“En ouvrant la porte au volume, à la standardisation et donc à la médiocrité, nous dévoyons l’esprit de nos appellations d’origine. Neuf camemberts sur dix seront inintéressants, ennuyeux, pas différents d’un camembert fabriqué au Canada, aux Etats-Unis ou au Japon”, a-t-elle dit à Reuters. “On ne sera pas crédibles, on sera ridicules.”

Interpellé par le député (LR) de l’Orne Jérôme Nury lors des questions d’actualité au gouvernement, le ministre de l’Agriculture s’est présenté en défenseur d’un camembert “goût, au lait cru, qui doit sentir un peu fort.”

“L’AOP n’est pas le cheval de Troyes des industriels et non, le camembert au lait cru n’est pas en danger”, a dit Didier Guillaume, qui a expliqué que le “compromis” trouvé avec la filière comprenait une “montée en gamme pour la production non soumise à l’AOP d’origine” et la création d’une nouvelle AOP “encore plus exigeante” baptisée “véritable camembert de Normandie” devant “obligatoirement faire appel au lait cru”.

Le groupe Lactalis, accusé d’être à l’origine des nouvelles règles, a répliqué quant à lui par la voix de son porte-parole Michel Nalet, pour qui la filière laitière normande “a besoin de créer de la valeur et non de la polémique.”

“Notre groupe est le premier fabricant de fromages au lait cru et défend ces productions. Le camembert est un produit emblématique de notre culture fromagère, que nous avons à coeur de promouvoir sur le territoire français mais aussi à l’international”, déclare-t-il dans un communiqué.

Lucien Libert et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below