March 4, 2019 / 5:41 AM / 5 months ago

Algérie: Bouteflika prêt à céder le pouvoir dans un an

ALGER (Reuters) - Obligé de répondre à une fronde sans précédent depuis son accession au pouvoir en 1999, le président algérien Abdelaziz Bouteflika a tenté de trouver une porte de sortie en faisant savoir dimanche par son directeur de campagne qu’il était prêt à renoncer au pouvoir dans un an s’il est réélu en avril.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a tenté de trouver une porte de sortie en faisant savoir dimanche par son directeur de campagne (photo) qu'il était prêt à renoncer au pouvoir dans un an s'il est réélu en avril. /Photo prise le 3 mars 2019/REUTERS/Ramzi Boudina

Le dirigeant algérien au pouvoir depuis vingt ans et candidat à un cinquième mandat consécutif a semblé faire un geste d’apaisement en annonçant qu’il s’engageait à une nouvelle élection présidentielle dans le délai d’un an s’il était réélu le mois prochain.

Cette déclaration de son directeur de campagne intervient alors que ce dernier s’est rendu dans les locaux du Conseil constitutionnel pour déposer les documents nécessaires à une nouvelle candidature de Bouteflika.

Un peu plus tôt, le président de la Commission nationale électorale, Abdelwahab Derbal, a déclaré que tous les candidats à la présidentielle devaient se présenter en personne pour déposer leur dossier.

Cette déclaration vient contredire une information de l’agence de presse APS qui rapportait que le dépôt de candidature n’exigeait pas une présence physique et personnelle.

Le président Bouteflika, âgé de 82 ans, très diminué physiquement depuis un accident vasculaire cérébral en 2013, se trouvait ce weekend en Suisse pour des examens médicaux alors qu’approchait la date butoir des dépôts de candidatures.

On ignore quelles conséquences cette recommandation du président de la Commission électorale peut avoir à ce stade.

Cette candidature de Bouteflika est contestée depuis des jours par des milliers d’Algériens qui estiment que le chef de l’Etat, victime d’un AVC en 2013, n’est plus en état de diriger le pays.

MANIFESTATION À PARIS

Des dizaines de milliers d’Algériens sont de nouveau descendus dans les rues d’Alger et d’autres villes, dimanche, en réclamant que le chef de l’Etat renonce à briguer un cinquième mandat.

Une manifestation a également rassemblé environ 6.000 personnes à Paris, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

Bouteflika, qui vient d’avoir 82 ans et qui, depuis son AVC en 2013, paraît rarement en public, avait jusqu’à ce dimanche soir pour déposer au Conseil constitutionnel les documents officialisant sa candidature.

Samedi encore, le président algérien se trouvait à Genève où il passe depuis une semaine des examens médicaux, selon des médias suisses.

“Non à un cinquième mandat!”, ont scandé des étudiants massés sur un campus proche du Conseil constitutionnel, autour duquel des forces de sécurité avaient été déployées en nombre.

Des manifestants se sont également rassemblés par milliers dans les villes d’Oran, Batna, Blida, Skikda ou Bouira.

Le premier candidat à déposer sa candidature a été le général à la retraite Ali Ghediri, qui a dit vouloir “dire au peuple qu’une nouvelle ère a commencé”.

En fin de journée dimanche, sept candidatures avaient été déposées.

Vendredi, des dizaines de milliers d’Algériens avaient déjà manifesté à travers le pays notamment à Alger, qui n’avait plus connu une aussi imposante manifestation depuis huit ans.

Lamine Chikhi; Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below