February 26, 2019 / 2:36 PM / 6 months ago

France: Decathlon renonce à vendre un hijab source de controverse

PARIS (Reuters) - Le magasin de sport Decathlon a renoncé mardi à commercialiser un hijab (voile musulman) pour la course à pied face à la vive polémique suscitée dans la sphère politique, qui a unanimement a dénoncé une atteinte à l’image de la femme.

Le magasin de sport Decathlon a renoncé mardi à commercialiser un hijab (voile musulman) pour la course à pied face à la vive polémique suscitée dans la sphère politique, qui a unanimement a dénoncé une atteinte à l'image de la femme. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

“Nous prenons effectivement décision en toute responsabilité en ce mardi soir, de ne pas commercialiser à l’heure qu’il est ce produit en France”, a déclaré Xavier Rivoire, directeur de la communication de Decathlon sur RTL.

“Si on souhaite l’égalité femmes-hommes, ce n’est pas pour que les femmes cachent leur visage. Je trouve que ça ne correspond pas bien aux valeurs de notre pays”, a dit la ministre de la Santé, Agnès Buzyn sur RTL.

“Après, ce n’est pas interdit”, a-t-elle ajouté. “J’aurais préféré qu’une marque française ne promeuve pas le voile”.

“La société française est une société qui, dans sa tradition, dans sa manière d’être, dans son identité, refuse qu’on couvre le visage et le corps humain à l’excès”, a dit pour sa part le président du MoDem, François Bayrou, sur BFMTV.

“Pour nous, l’image de la femme, c’est une image de liberté. La situation antérieure n’a jamais empêché des femmes de courir par exemple avec un bonnet sur la tête.”

Le président du Sénat (Les Républicains), Gérard Larcher, a dit sur BFMTV ne pas vouloir partager “tout ce qui peut enfermer la femme, fût-ce au nom d’une ritualité qui n’est pas la valeur profonde d’une religion”.

La porte-parole des Républicains, Lydia Guirous, a été la première à condamner l’enseigne dans un communiqué lundi soir où elle écrit que l’article en question “constitue un signe de plus de la soumission au mode de vie islamiste”.

Decathlon avait dans un premier temps expliqué sur Twitter la nécessité de l’article par le souhait de “rendre la pratique du sport plus accessible, partout dans le monde. Ce hijab était un besoin de certaines pratiquantes de course à pied, et nous répondons donc à ce besoin sportif”.

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a pour sa part appelé sur France 2 au boycott de Decathlon et a invité à signer une pétition réclamant le retrait de l’article.

“J’ai deux filles et je n’ai pas envie que mes filles vivent dans un pays où les femmes régressent d’un siècle, de deux siècles, ou même vivre comme en Arabie Saoudite”, a-t-il dit.

L’article devait être commercialisé en France à la mi-mars.

Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below