February 19, 2019 / 11:29 AM / 8 months ago

Macron contre la pénalisation de l'antisionisme

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron s’est prononcé mardi contre une loi punissant l’antisionisme au même titre que l’antisémitisme demandée par certains députés de sa majorité.

Emmanuel Macron s'est prononcé mardi contre une loi punissant l'antisionisme au même titre que l'antisémitisme demandée par certains députés de sa majorité. /Photo prise le 14 février 2019/REUTERS/Philippe Wojazer

L’idée de lancer une résolution ou une proposition de loi en ce sens, notamment portée par le député La République en marche Sylvain Maillard, doit être examinée mardi en réunion de groupe.

“Je ne pense pas que pénaliser l’antisionisme soit une bonne solution”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse avec la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili.

“Ceux qui aujourd’hui dans le discours veulent la disparition d’Israël sont ceux qui veulent s’attaquer aux Juifs”, a-t-il reconnu. “Je pense néanmoins que lorsqu’on rentre dans le détail, la condamnation pénale de l’antisionisme pose d’autres problèmes.”

En marge des commémorations du 75e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv en 2017, Emmanuel Macron avait pourtant fait un parallèle entre les deux notions.

“Nous ne céderons rien à l’antisionisme car il est une forme réinventée de l’antisémitisme”, avait dit le chef de l’Etat, en présence du Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahu.

Nombre de députés de tous bords ont aussi fait part mardi de leur scepticisme quant à l’idée de punir l’antisionisme, soulignant notamment la difficulté de définir ce mot.

“Je suis réservé, j’appelle à la prudence et surtout à la réflexion très approfondie avant de faire des annonces intempestives”, a déclaré sur BFM TV le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand.

“Nier le droit d’Israël à exister est évidemment inacceptable et dissimule bien souvent une forme d’antisémitisme, c’est indéniable”, a-t-il dit.

“Ensuite, faut-il pour autant prendre une loi qui pourrait laisser entendre que critiquer la politique d’Israël (...) pourrait être assimilé à un délit ?” s’est-il interrogé, redoutant des “problèmes de discussion interminables”.

Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, à l’initiative des rassemblements contre l’antisémitisme prévus ce mardi soir, a fait part lui aussi de ses doutes.

“Le problème est que la définition de l’antisionisme est très difficile à donner. Est-ce qu’il s’agit de nier l’existence d’Israël, de condamner la politique menée dans les colonies, la politique menée par le droite israélienne de Netanyahu ? Toute la difficulté est là : ne pas créer un délit d’opinion.”

La députée La France insoumise Clémentine Autain a souligné pour sa part le danger de “mélanger deux questions” dans “un moment politique où il y a beaucoup de brouillage des repères, où on a besoin d’une très grande clarté.”

“Il y a un arsenal juridique assez complet qui permet de sanctionner les propos antisémites”, a considéré pour sa part le député communiste Sébastien Jumel.

Julie Carriat, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below