February 14, 2019 / 10:27 AM / 6 months ago

Pas le moment de discuter de la présidence de Nissan, dit Senard

TOKYO (Reuters) - Jean-Dominique Senard a déclaré jeudi à l’occasion de sa première visite au siège de Nissan en tant que président de Renault qu’il était prématuré de discuter de son éventuelle nomination à la présidence du constructeur japonais après l’éviction de Carlos Ghosn.

Jean-Dominique Senard (photo) a déclaré jeudi à l'occasion de sa première visite au siège de Nissan en tant que président de Renault qu'il était prématuré de discuter de son éventuelle nomination à la présidence du constructeur japonais après l'éviction de Carlos Ghosn. /Photo prise le 21 janvier 2019/REUTERS/Philippe Wojazer

Rapportés par les médias japonais, les propos du nouveau président de Renault, nommé le 24 janvier à la suite de la démission de Carlos Ghosn, arrêté au Japon le 19 novembre pour des soupçons de malversations financières, semblent destinés à ne pas accroître les tensions au sein de l’alliance entre les deux constructeurs, que certains au Japon jugent déséquilibrée.

Jean-Dominique Senard doit rencontrer le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, lors de cette visite de deux jours pour discuter notamment des moyens de renforcer les liens entre les deux constructeurs.

Le président de Renault a déclaré que ce n’était pas le moment de se demander s’il prendrait également la présidence de Nissan et qu’il s’attendait à ce que les discussions avec le Hiroto Saikawa soient amicales, a rapporté en style indirect l’agence de presse Jiji.

Jean-Dominique Senard doit en principe intégrer le conseil d’administration de Nissan, Renault détenant 43,4% du capital du constructeur japonais, qui a à son tour une participation de 15% dans le groupe au losange mais sans droit de vote.

La visite de Jean-Dominique Senard est vue sous le signe de l’apaisement des relations entre les deux constructeurs, selon des sources proches du dossier.

SENARD VA RENCONTRER AUSSI LES DIRIGEANTS DE MITSUBISHI

Renault a attendu le mois dernier pour remplacer Carlos Ghosn au poste de PDG, seulement après sa démission, alors que Nissan et Mitsubishi Motors, le troisième partenaire de l’alliance, l’ont écarté de leur présidence respective dans la foulée de son arrestation.

Arrivé en provenance de Michelin, Jean-Dominique Senard est globalement considéré chez Nissan comme une personnalité extérieure capable d’apporter plus d’équilibre à une alliance dans laquelle Carlos Ghosn était accusé de concentrer trop de pouvoirs.

La rencontre entre Jean-Dominique Senard et Hiroto Saikawa sera la deuxième entre les deux hommes après celle du mois dernier.

Une autre source directement informée du dossier a déclaré que Jean-Dominique Senard rencontrerait également des dirigeants de Mitsubishi Motors, contrôlé majoritairement par Nissan.

“Il y a divers sujets à aborder mais ma responsabilité est vis-à-vis de Nissan, de ses salariés, de ses clients et de ses actionnaires autres que Renault, et M. Senard est dans la même situation”, a déclaré jeudi à la presse Hiroto Saikawa.

“L’essentiel est de parler de l’avenir de manière responsable”, a-t-il ajouté.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below