February 8, 2019 / 7:26 AM / 6 months ago

Pas de ligne Lyon-Turin tant que le M5S sera au pouvoir, redit Di Maio

MILAN (Reuters) - La liaison ferroviaire transalpine à grande vitesse Lyon-Turin (TAV) ne sera pas construite tant que le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) sera au pouvoir, réaffirme le vice-président du Conseil italien Luigi Di Maio dans un entretien au quotidien Il Messaggero de vendredi.

La liaison ferroviaire transalpine à grande vitesse Lyon-Turin (TAV) ne sera pas construite tant que le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) sera au pouvoir, réaffirme le vice-président du Conseil italien Luigi Di Maio dans un entretien au quotidien Il Messaggero de vendredi. /Photo prise le 7 juin 2018/REUTERS/Tony Gentile

“Avec Cinq Etoiles au gouvernement, la TAV n’aura pas lieu”, a déclaré Luigi Di Maio, qui est également ministre du Travail et dirige le M5S fondé par Beppe Grillo.

Le M5S est au pouvoir en Italie avec la Ligue (extrême droite) de l’autre vice-président du Conseil Matteo Salvini, qui elle, soutient le projet TAV.

Luigi Di Maio avait déclaré samedi que la TAV n’avait “pas d’avenir”.

La TAV est l’un des nombreux points de discorde qui pèsent sur les relations diplomatiques entre la France et l’Italie, qui se sont brusquement envenimées jeudi avec la décision de Paris de rappeler son ambassadeur à Rome, une initiative sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Dans son entretien à Il Messaggero, Luigi di Maio réaffirme également ne pas regretter sa rencontre mardi avec les Gilets jaunes en France. Paris l’a qualifiée d’inacceptable.

Si l’Italie ne devait pas poursuivre le projet TAV, elle encourrait une pénalité comprise entre 2,8 et 3,5-4 milliards d’euros, selon Il Sole 24 Ore de vendredi.

Ces chiffres figurent dans un document qui accompagne une analyse du projet menée par une commission nommée par le ministre italien des Transports, ajoute le quotidien.

Cette analyse coûts-bénéfices du projet, qui n’a pas été rendue publique, a été envoyée par Rome à Paris et à l’Union européenne.

La ligne Lyon-Turin, longue de 270 kilomètres environ, a vocation à être en partie financée par des fonds européens.

Stephen Jewkes et Gisela Vagnoni; Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below