February 3, 2019 / 12:56 PM / 7 months ago

La France demande à Maduro d'annoncer une élection présidentielle "d'ici ce soir"

La France a demandé dimanche au président vénézuélien Nicolas Maduro d'annoncer "d'ici ce soir" la tenue d'une élection présidentielle anticipée, faute de quoi, elle reconnaîtrait l'opposant Juan Guaido comme président par interim. /Photo prise le 9 décembre 2018/REUTERS/Palais de Miraflores

PARIS (Reuters) - La France a demandé dimanche au président vénézuélien Nicolas Maduro d’annoncer “d’ici ce soir” la tenue d’une élection présidentielle anticipée, faute de quoi, elle reconnaîtrait l’opposant Juan Guaido comme président par interim.

“L’élection de M. Maduro en mai dernier était une farce, c’était une fiction d’élections”, a déclaré la ministre chargée des Affaires européennes Nathalie Loiseau au Grand Jury pour RTL-Le Figaro-LCI.

“Ce que répond jusqu’à présent M. Maduro, c’est: ‘Je veux organiser des élections législatives’, sous-entendu: ‘Je veux me débarasser du président du parlement’, M. Guaido, qui est justement soutenu par les manifestants. Là encore, cette réponse est une farce, une farce tragique.”

“L’ultimatum se termine ce soir. Si d’ici ce soir, M. Maduro ne s’engage pas à organiser des élections présidentielles, nous considérerons que M. Guaido est légitime pour les organiser à sa place”, a-t-elle ajouté.

“Et nous le considérerons comme le président par interim jsuqu’à des élections légitimes du Venezuela.”

La France, l’Allemagne et l’Espagne avaient averti le 26 janvier que si le président vénézuélien Nicolas Maduro n’annonçait pas sous huit jours de nouvelles élections au Venezuela, ils reconnaîtraient l’opposant Juan Guaido comme “président par intérim”.

Plutôt que de prendre une décision unitaire, chaque pays membre de l’UE doit annoncer sa position. Le Parlement européen, lui, a clairement reconnu jeudi dernier Juan Guaido en tant que chef de l’Etat par intérim, comme l’ont fait les Etats-Unis, le Canada et plusieurs pays d’Amérique latine.

Nicolas Maduro a proposé samedi de convoquer des élections législatives anticipées dans le courant de l’année, après la défection d’un membre de l’état-major militaire.

Caroline Pailliez, édité par Jean-Philippe Lefief

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below