February 1, 2019 / 11:41 AM / 10 months ago

"Gilets jaunes": Un 12e samedi sous tension en France

PARIS (Reuters) - Le gouvernement s’attend à un nouveau samedi tendu pour les forces de l’ordre, avec des manifestations de “Gilets jaunes” annoncées pour la 12e fois de suite un peu partout en France et la crainte de débordements violents.

Le gouvernement s'attend à un nouveau samedi tendu pour les forces de l'ordre, avec des manifestations de "Gilets jaunes" annoncées pour la 12e fois de suite un peu partout en France et la crainte de débordements violents. Le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nunez (photo), a averti vendredi que les forces de l'ordre feraient usage, en cas de violences, de leurs "lanceurs de balles de défense" (LBD). /Photo prise le 23 octobre 2018/REUTERS/Philippe Wojazer

Le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nunez, a averti vendredi que les forces de l’ordre feraient usage, en cas de violences, de leurs “lanceurs de balles de défense” (LBD) autorisés par le Conseil d’Etat, malgré les blessures infligées par ces armes intermédiaires.

“Oui, c’est vrai, cette arme de force intermédiaire peut blesser. Mais face aux émeutiers, pour se défendre contre ceux qui les attaquent, les forces de l’ordre en ont besoin”, a répété le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, après une réunion sur l’organisation du maintien de l’ordre.

“Si elles en étaient privées, elles n’auraient alors plus d’autre alternative que le corps à corps ou l’usage de l’arme de service”, a-t-il ajouté. “Dans le contexte actuel, chacun voit bien où cela pourrait nous mener et je ne le veux pas.”

Les LBD ont remplacé les Flash-Balls dans l’arsenal des forces de l’ordre françaises.

Une enquête est en cours pour déterminer si la blessure à l’oeil infligée samedi dernier à Paris à un chef de file des “Gilets jaunes”, Jérôme Rodrigues, à pour origine un tir de LBD ou un éclat de grenade de désencerclement.

Interrogé par RTL, Laurent Nunez a confirmé qu’un policier avait admis avoir fait usage de son LBD au moment où Jérôme Rodrigues s’est effondré, mais pas dans sa direction : “C’est ce que dit un policier et c’est ce qu’on voit sur un certain nombre de videos”, a-t-il déclaré.

Selon Christophe Castaner et Laurent Nunez, très peu de manifestations annoncées par les “Gilets jaunes” pour samedi en France ont été déclarées. L’un des abcès de fixation pourrait être cette fois la ville de Valence (Drôme).

Le maire de la ville, Nicolas Daragon, a déclaré sur BFM TV attendre jusqu’à 10.000 manifestants, dont 10% de casseurs, où des précautions exceptionnelles ont été prises.

DISPOSITIF RECONDUIT

“La circulation y sera interdite, le stationnement y est déjà interdit, il n’y aura pas de transports en commun, les mariages ont été déplacés, les marchés ont été annulés”, a-t-il notamment expliqué. “Beaucoup de commerces ont fait le choix de fermer parce qu’on est dans l’incertitude totale sur les trajets que vont utiliser les cortèges.”

“Valence est un des points identifiés sur lequel (...) il y aura des forces de l’ordre tout particulièrement mobilisées (...) parce qu’effectivement il semblerait que des appels aient été lancés pour manifester violemment à Valence”, a pour sa part déclaré à la presse le ministre de l’Intérieur.

A Paris, un cortège déclaré et censé rendre hommage aux manifestants blessés doit aller du XIIe arrondissement jusqu’à la place de la République. Deux rassemblements ont aussi été déclarés sur la place de la République.

Christophe Castaner et Laurent Nunez ont annoncé que le dispositif de maintien de l’ordre de ces dernières semaines serait reconduit mais adapté, avec notamment le soutien, à Paris, de six véhicules blindés à roue de la gendarmerie.

Ces derniers samedis, quelque 80.000 policiers et gendarmes, dont 5.000 à Paris, ont été mobilisés.

“On s’attend demain à devoir de nouveau intervenir”, a dit Laurent Nunez à RTL. “L’armement intermédiaire sera de nouveau utilisé, bien sûr. Les LBD, les grenades de désencerclement, les grenades lacrymogènes seront utilisés puisque c’est ce qui nous permet de contenir des exactions, de procéder à des interpellations, quand la manifestation bascule en émeute.”

Les forces de l’ordre ont commencé samedi dernier à expérimenter l’utilisation de caméras couplée avec celle de LBD, pour en contrôler l’usage. “Tout a été filmé, c’est en cours d’exploitation”, a dit Laurent Nunez.

Emmanuel Jarry, avec Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below