February 1, 2019 / 11:31 AM / in 7 months

Des chefs d'entreprises accusés d'escroquerie sur internet

Trois chefs d'entreprises de la région lyonnaise ont été mis en examen pour escroquerie en bande organisée pour une arnaque à la fausse panne d'ordinateur qui a fait au moins 8.000 victimes, a annoncé vendredi le parquet de Paris. /Photo d'archives/REUTERS/Thomas Peter

PARIS (Reuters) - Trois chefs d’entreprises de la région lyonnaise ont été mis en examen pour escroquerie en bande organisée pour une arnaque à la fausse panne d’ordinateur qui a fait au moins 8.000 victimes, a annoncé vendredi le parquet de Paris.

La section anti-cybercriminalité du parquet de Paris avait ouvert une enquête en mars 2018 à la suite de plaintes et de signalements recueillis à partir de décembre 2017, enquête confiée au centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la gendarmerie nationale.

La plupart des victimes, souvent mal informées dans le domaine informatique, vulnérables et âgées, ont été identifiées grâce au dispositif national d’assistance contre la cyber-malveillance (www.cybermalveillance.gouv.fr), précisent le parquet et la gendarmerie.

Les pirates informatiques faisaient en sorte de bloquer l’ordinateur de leurs cibles, invitées alors à contacter un numéro de téléphone affiché sur l’écran avec toutes les apparences d’un message officiel.

Un faux technicien, installé au Maghreb, selon la gendarmerie, offrait alors de débloquer l’ordinateur en prenant son contrôle à distance, moyennant paiement par virement ou carte bancaire de 200 à 500 euros.

Selon la gendarmerie, le montant total du préjudice est estimé à ce stade à deux millions d’euros. Le parquet fait état de 1,9 million d’euros saisis au cours de l’enquête.

Les trois chefs du réseau, présentés par une source proche de l’enquête comme des chefs d’entreprises dans le domaine des assurances, âgés de 30 à 54 ans, ont été arrêtés mardi dans le Rhône, déférés jeudi au parquet de Paris, mis en examen dans la foulée et placés sous contrôle judiciaire.

Ils sont notamment poursuivis pour escroquerie et blanchiment en bande organisée, accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données et entrave au fonctionnement d’un tel système.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below